Monument

Notre-Dame : un angelot sculpté de la clé de voûte a été retrouvé

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 23 mai 2019 - 353 mots

PARIS

Un des quatre angelots sculptés et dorés qui se trouvaient à la croisée du transept sur l’oculus de la clé de voûte de Notre-Dame de Paris a été retrouvé mardi, a indiqué mercredi le responsable de la communication de la cathédrale André Finot.

La cathédrale Notre-Dame de Paris quelques jours après l'incendie
La cathédrale Notre-Dame de Paris quelques jours après l'incendie
© Photo LudoSane, le 27 avril 2019

L'œuvre est plutôt en bon état, au moins la tête qui est intacte, selon un journaliste de La Tribune de l'art qui avait fait état de cette trouvaille dans les débris de la voûte et de la charpente, qui a brûlé le 15 avril. Si cet angelot a été retrouvé, on peut espérer que les trois autres qui se trouvaient sur l’oculus de la clé de voûte pourront être sortis des débris encore à trier. 

Un robot a été mis en action depuis plusieurs semaines pour aider aux recherches et au tri des gravats, tri effectué devant la cathédrale sous une grande tente blanche. Les services du ministère de la Culture (notamment le Laboratoire des monuments historiques et l'Institut national de recherches archéologiques préventives) et la police doivent les examiner.

Ces angelots datent de la restauration de la cathédrale par Germain Boffrand en 1728-1729. La voûte avait été déposée par Viollet-le-Duc au XIXe siècle pour la construction de la flèche et remontée ensuite en conservant les angelots.

Dans le premier mois qui a suivi l’incendie, deux parapluies temporaires et des filets de sécurité ont été installés sur la nef et le chœur. Les pignons nord et sud ont été consolidés et les statues qui se trouvaient au-dessus ont été déposées. Tous les vitraux hauts ont été aussi déposés. Les peintures et autres œuvres de la cathédrale ont été mises en sécurité. Seuls les deux tableaux du transept nord (Guido Reni et Laurent de La Hyre) n'ont pas encore pu être évacués car la voûte n'est pas encore totalement sécurisée. La phase de consolidation se poursuit. Les ouvriers travaillant sur les différents lieux du chantier -jusqu'à 130 personnes aujourd'hui -- doivent porter des masques à l'intérieur de l'édifice en raison des dangers sanitaires liés à la forte concentration en plomb. 


Cet article a été publié par l'AFP le 22 mai 2019. 
 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque