Mercredi 19 décembre 2018

Londres

L’inventaire à l’heure du CD-Rom

Un colloque international sur l’histoire des collections et du marché de l’art

Le Journal des Arts

Le 1 février 1995 - 580 mots

Un colloque sur l’histoire du marché de l’art en Europe de 1500 à 1900 s’est récemment tenu à la National Gallery. Une manifestation organisée par le Burlington Magazine, avec le soutien financier du Provenance Index du Getty Art History Information Program qui dresse, depuis plus de douze ans, des index automatisés des documents relatifs à l’histoire des collections et du marché de l’art.

LONDRES - Le Provenance Index fait actuellement paraître six de ses principales bases de données sur CD-Rom, dont des exemplaires seront fournis aux établissements qui ont pris part à ce travail collectif de documentation. Il sera possible de consulter le Provenance Index à la National Art Library du Victoria and Albert Museum ainsi qu’au Mellon Centre, à Londres et, en France, au nouvel Institut d’histoire de l’art qui devrait bientôt voir le jour rue de Richelieu, dans les locaux de la Bibliothèque nationale.

Durant le colloque, Burton Fredericksen, collaborateur du Getty Provenance Index, a montré comment l’utilisation des index avait déjà permis de faire d’importantes découvertes. Un exemple tout à fait intéressant a été présenté : on ignorait jusqu’alors la provenance d’une grisaille de Mantegna, connue sous le nom de Tarquin et la Sibylle, exposée à Cincinnati. Après avoir enregistré un vieux numéro d’inventaire trouvé au dos du tableau et le nom de l’artiste, une entrée de l’inventaire Aldobrandini, datant de 1603, est immédiatement apparue à l’écran.
Plusieurs communications ont abordé les méthodes et les problèmes qu’implique ce type de recherche.

Un monument d’érudition commerciale
J. M. Montias, dont le travail de pionnier a transformé notre connaissance du marché de l’art hollandais au XVIIe siècle, est revenu sur l’usage des inventaires. Marten Jan Brok a montré que la vente et l’héritage n’étaient pas les seules façons pour les œuvres d’art de changer de mains aux Pays-Bas, mettant ainsi en évidence une série de sources différentes de l’inventaire et du catalogue de vente. Antoine Schnapper est resté sceptique quant à la possibilité d’appliquer de telles méthodes à l’étude du marché de l’art dans le Paris du XVIIe siècle, ne cachant pas que les évaluations données dans les inventaires de l’époque étaient sujettes à caution.

D’autres intervenants ont exposé un certain nombre d’approches, les unes ayant trait à tout un pays, les autres aux activités d’un seul marchand. Thomas Ketelsen s’est attaché au marché de l’art dans l’Allemagne du XVIIIe siècle, sujet qui offrait beaucoup de nouvelles informations intéressantes, notamment en ce qui concerne la suprématie de Hambourg. Charles Sebag-Mon­tefiore a su dépeindre la carrière du marchand londonien John Smith, dont le Catalogue raisonné (1829-42) d’artistes hollandais, flamands et, pour quelques-uns, français reste un monument remarquable d’érudition commerciale.

L’un des thèmes récurrents du colloque a été la prééminence des peintres hollandais et flamands sur le marché de l’art international du XVIIe siècle au XIXe siècle. Un autre de ces thèmes fut le rôle fondamental que joua Paris à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, alors que les marchands commencaient à adopter les méthodes et à remplir les fonctions auxquelles on les associe depuis lors. Ce que montrait clairement l’exposé de Jo Lynn Edwards au sujet de A. J. Paillet.

Tout au long du colloque, il fut de temps à autre fait référence au contexte plus large, politique et économique, qui déterminait l’offre et la demande d’un pays à l’autre. Il est regrettable que l’on n’ait pas tenté d’offrir une vue d’ensemble des débats qui tienne compte de ces questions, à la fin de la seconde journée.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°11 du 1 février 1995, avec le titre suivant : L’inventaire à l’heure du CD-Rom

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque