Mercredi 30 septembre 2020

Environnement

L’ICA de Los Angeles veut entièrement passer à l’énergie solaire

Par Antonin Gratien · lejournaldesarts.fr

Le 29 août 2019 - 353 mots

LOS ANGELES / ETATS-UNIS

L’Institut d’art contemporain recherche des financements pour installer des panneaux solaires sur son toit.

Los Angeles, 2017. © Photo ManukM, Pixabay License.
Los Angeles, 2017
© ManukM

Ambitionnant d’être la tête de proue des initiatives écologiques des établissements culturels, l’Institut d’art contemporain de Los Angeles (ICA) veut être totalement alimenté en énergie solaire dès le mois prochain. Il s’agirait d’une première parmi les musées américains. 

Pour assurer sa transition énergétique l’ICA, fondé en 1984 sous le nom de Santa Monica Museum of Art avant de déménager au centre-ville de Los Angeles en 2017, projette d’installer 206 panneaux solaires et 6 convertisseurs sur son toit. Cet équipement produirait 100 000 kilowattheures par an et réaliserait 30 000 dollars d’économies annuelles.

« Notre public compte sur nous pour maintenir le bien-être de la communauté […] nous nous sommes sentis obligés d’opérer ce changement. Cela nécessitera un investissement important, mais nous estimons que c’est notre devoir de défenseur du progrès social », a commenté le directeur adjoint de l’ICA, Samuel Vasquez.

Le coût du projet est évalué à 156 000 dollars (140 000 euros).  Pour assurer une partie du financement, l’ICA a lancé le 22 août une collecte en ligne pendant 30 jours sur Kickstarter. Mercredi 28 août, 60 contributeurs avaient versé au total 3 700 dollars pour soutenir le projet – encore loin des 25 000 escomptés par le musée. Les donateurs de plus de 100 dollars verront l’un des panneaux solaires baptisés d’après leur nom.

Samuel Vasquez a déclaré que le passage de l’ICA à l’énergie solaire constituait un « grand pas s’inscrivant dans un processus global », et précisé que les équipes du musée cherchaient déjà « de nouveaux moyens pour réduire la consommation énergétique » du lieu.

D’autres réformes écologiques, moins radicales que celle de l’ICA, ont été annoncées par plusieurs musées anglo-saxons ces derniers mois. Ainsi, mi-juillet, les 4 musées de la Tate s’étaient engagés à réduire leur émission carbone de 10 % d’ici 2023 grâce à « l’électricité verte », l’usage du train pour les employés et, plus anecdotiquement, l’intégration de menus végans dans leurs restaurants. 

Un exemple de mesures bienvenues dans un milieu particulièrement gourmand en énergie (déplacement d’œuvres, climatisation des salles…), mais qui relève du bon sens dans le contexte de crise climatique actuel.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque