Dimanche 18 février 2018

Le Stedelijk au rapport

Le musée d’Amsterdam va fermer ses portes le 31 décembre

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 14 novembre 2007

Une commission d’enquête mise en place pour examiner l’avenir du Stedelijk Museum d’Amsterdam vient de rendre son rapport : 83 millions d’euros sont nécessaires à la modernisation de l’institution. Si la richesse de la collection d’art moderne du musée n’est pas remise en cause, la commission dénonce la gestion catastrophique des œuvres. De même, les conservateurs auraient suspendu leurs recherches et la cellule pédagogique aurait quasiment cessé son activité. Pour noircir encore le tableau, le personnel est démoralisé et le bâtiment du Stedelijk n’est plus sécurisé : les pompiers ont ordonné la fermeture du musée d’ici à la fin de l’année.

AMSTERDAM - Pendant deux décennies, la direction du Stedelijk s’est résumée à une mauvaise gestion doublée d’un manque d’inspiration. Ces conclusions sévères sont celles de la commission Sanders, nommée par le conseil municipal amstellodamois et dirigée par Martijn Sanders, directeur du Concertgebouw d’Amsterdam. Cette commission d’enquête, à laquelle ont participé le directeur du Musée Van Gogh, John Leighton, et l’économiste Victor Halberstadt, a été mise en place pour mettre un terme à un “processus de planification fantasque et controversé” qui, selon ses commanditaires, porte préjudice au Stedelijk depuis la fin des années 1980.
Le rapport Sanders met d’abord l’accent sur la collection d’art du XXe siècle du musée. Bien que dans l’ombre des “trois grands” – la Tate à Londres, le Museum of Modern Art à New York et le Centre Pompidou à Paris –, le musée conserve l’un des plus importants ensembles d’art moderne au monde, particulièrement riche en œuvres d’après guerre. Mais sa gestion est déplorable : les 6 000 tableaux en réserves sont conservés dans des conditions plus que précaires, une grande partie de la collection n’est pas encore informatisée, les publications sur la collection permanente sont rares et le site Internet du musée est jugé archaïque.
Si le programme d’expositions temporaires est tout à son honneur, la commission considère que, ces dix dernières années, le Stedelijk a davantage fonctionné comme un centre d’art, oubliant ses missions muséales. Malgré leur qualité parfois exceptionnelle, les expositions ont épuisé l’ensemble des ressources de l’institution, la laissant exsangue. Ainsi, les galeries d’expositions permanentes ont été négligées, le bâtiment est dans un état de délabrement avancé, et le personnel n’a pas été renouvelé. Or la commission estime que la collection du Stedelijk possède un potentiel énorme.
Le rapport Sanders plaide pour un “retour vers les meilleurs”, encourageant le musée à reprendre sa place légitime derrière les “trois grands”. Plusieurs idées récemment suggérées ont été écartées : il ne serait ni pertinent de scinder le musée en deux entités séparées – XXe siècle et XXIe siècle –, ni judicieux que l’institution quitte son emplacement actuel, au cœur du quartier des musées sur le Museumplein, à deux pas du Musée Van Gogh et du Rijksmuseum.
La commission Sanders a réexaminé la proposition d’extension du musée. Elle s’est déclarée en faveur de l’abandon complet du projet de l’architecte portugais Alvaro Siza, datant de 1994, et propose d’engager un nouvel architecte susceptible de relever le défi.
Le Stedelijk pourrait également changer de statut. La municipalité d’Amsterdam, son actuelle autorité de tutelle, laisserait la place à une fondation indépendante dotée de son propre conseil d’administration – soit une “privatisation” à la hollandaise. Deux directeurs seraient nommés : un directeur artistique et un directeur financier. Ces nominations seront cruciales puisque, depuis le 1er juillet, Hans van Beers, ancien directeur de l’Association hollandaise de radiodiffusion, est l’unique directeur par intérim de l’institution. En décembre 2002, le directeur artistique, Rudi Fuchs, et le directeur général, Stevijn van Heusden, avaient tous deux démissionné (lire le JdA n° 171, 16  mai 2003).
Le rapport estime à 83 millions d’euros le budget nécessaire aux rénovations essentielles et à l’extension du bâtiment. Le coût de fonctionnement s’élèverait à 15 millions d’euros – au lieu des 11 millions actuels. La commission considère que cette somme pourrait provenir en partie du secteur privé, une fois celui-ci convaincu de la détermination du musée à entreprendre sa modernisation. Présenté à la municipalité d’Amsterdam, le rapport Sanders sera bientôt examiné en conseil municipal.
Pour des raisons de sécurité, le musée fermera ses portes le 31 décembre. Si la Ville d’Amsterdam suit les recommandations du rapport Sanders, et si les crédits sont disponibles, le nouveau Stedelijk pourrait rouvrir en 2007-2008.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°176 du 12 septembre 2003, avec le titre suivant : Le Stedelijk au rapport

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque