Le nouveau visage du Kunstmuseum de Winterthur

L’importante collection d’art du XXe siècle enfin visible

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 1 décembre 1995

La nouvelle extension du Kunstmuseum de Winterthur, due aux architectes Gigon et Guyer, double la surface d’exposition du musée et permet ainsi le déploiement de l’une des collections d’art du Xxe siècle les plus importantes de Suisse.

WINTERTHUR - Construit en 1915-16 par les architectes Rittmayer et Furrer, le Kunstmuseum de Winterthur (100 000 habitants) ne pouvait plus, depuis des décennies, présenter sa collection de façon  significative. Obligé de partager ses murs avec le Musée d’histoire naturelle et la bibliothèque de la ville, le Kunstmuseum proprement dit se réduisait à 1 000 m2 et souffrait de l’absence de salles pour les expositions temporaires, aujourd’hui pierre angulaire de la politique des musées.

Pour remédier à cette situation, un projet d’agrandissement a été lancé en mai 1993. Ne disposant que d’un budget limité, la Kunstverein, qui gère le musée, a fait alors appel aux mécènes. Ceux-ci ont largement répondu : les 4,5 millions de francs suisses (19 millions de francs français) nécessaires à l’extension, présentée dès le départ comme provisoire, proviennent uniquement de fonds privés, fruit de l’engagement de fondations, d’entreprises et des amis, de la Kunstverein de Winterthur.

Décidé puis exécuté en deux ans et demi, le nouveau bâtiment vient d’ouvrir au public. Les architectes lauréats du concours, les Zurichois Annette Gigon et Mike Guyer, déjà auteurs du Musée Kirchner de Davos, ont le mérite d’avoir réussi à concevoir et à réaliser un espace muséal en un temps record, avec peu de moyens. Pour limiter les coûts, le bâtiment est d’ailleurs privé de système de régulation de l’éclairage ou de climatisation, équipements pourtant présentés aujourd’hui comme indispensables à une bonne conservation des œuvres. Si la silhouette extérieure du nouveau bâtiment fait référence aux constructions industrielles, les six salles intérieures ont été conçues dans un louable souci de mise en valeur des œuvres. Relié à l’ancien bâtiment par un couloir, dans lequel Lawrence Weiner a créé une pièce in situ, le nouvel espace double la superficie totale du musée.

Ainsi, pour la première fois, le Kunstmuseum de Winterthur a la possibilité de montrer les principales pièces de sa collection d’art du Xxe siècle, considérée comme la quatrième de Suisse après celles de Bâle, de Zurich et de Berne. L’ensemble constitue un panorama exceptionnel de l’art de ce siècle, tant par la qualité des œuvres proposées que par la présence des principaux courants artistiques, de Van Gogh et Cézanne à l’art actuel, même si l’on constate pour ce dernier une nette prédilection pour la peinture.

Perpétuant les liens artistiques qui unissaient Winterthur à Paris au début du siècle, la collection réunit l’un des ensembles d’œuvres d’artistes français d’après-guerre les plus importants de Suisse alémanique, avec notamment Gaston Chaissac, Raymond Hains, Jacques Mahé de la Villeglé ou François Morellet. Cette singularité, défendue par son directeur Dieter Schwarz, s’accompagne de la présentation d’artistes peu présents dans les autres musées du pays, le peintre américain Philip Guston ou l’artiste italienne Marisa Merz, par exemple.

NEUEN RÄUME - EINIGE FENSTER, DER ERWEITERUNGSBAU / DIE SAMMLUNG, Kunst­museum Winterthur, Museumstrasse 52, Winterthur, Suisse. tél. : 41 (52) 267 51 62. Ouvert le mardi de 10h à 20h, et du mercredi au dimanche de 10h à 17h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°20 du 1 décembre 1995, avec le titre suivant : Le nouveau visage du Kunstmuseum de Winterthur

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque