Samedi 22 février 2020

Musée

Le nouveau décor de La Joconde

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 8 octobre 2019 - 373 mots

PARIS

Le tableau retrouve sa place dans une salle des Etats repeinte en bleu et dotée d’un nouveau dispositif pour les visiteurs.

La Joconde dans la Salle des États rénovée du musée du Louvre à Paris. © Photo Antoine Mongodin/Musée du Louvre 2019.
La Joconde dans la Salle des États rénovée du musée du Louvre à Paris
© Photo Antoine Mongodin / Musée du Louvre 2019.

Bleu nuit et serpentin. Voilà en résumé ce que la Joconde a trouvé lundi 7 octobre en réintégrant la salle des Etats après un séjour de trois mois dans la salle des Rubens pendant les travaux. Le jaune ocre des murs a été remplacé par un bleu nuit qui « améliore le contraste avec les tableaux et met mieux en avant le coloris vénitien » selon Vincent Delieuvin conservateur en chef au département des peintures et commissaire de l’exposition « Léonard de Vinci ».

Et de fait, les cadres dorés tranchent nettement avec les cimaises, renforçant ainsi l’impact visuels des tableaux vénitiens qui entourent La Joconde.  Le conservateur en a profité pour revoir l’accrochage. Les grandes compositions, telles les Noces de Cana sont toujours là, mais deux Véronèse et L’Homme au gant de Titien font partie des nouvelles recrues. 

La Joconde dans la Salle des États rénovée du musée du Louvre à Paris © Photo Le Journal des Arts, 7 octobre 2019
Les visiteurs face à La Joconde dans la Salle des États rénovée du musée du Louvre à Paris.
© Photo Le Journal des Arts, 7 octobre 2019

En raison de sa taille et de l’espace de sécurité, La Joconde ne tire pas grand profit de cette nouvelle couleur si ce n’est que la nouvelle vitre ne reflète plus la couleur. En revanche le nouveau dispositif de gestion des flux s’avère plus confortable pour les visiteurs. Auparavant le système était ainsi fait, ajouté à un temps moyen d’arrêt devant La Joconde, selfie compris, de 50 secondes qu’il créait un phénomène de congestion devant le tableau.

Aujourd’hui les visiteurs sont canalisés dans deux files en serpentins, et un agent retient le public le temps que les personnes en station devant le tableau soient reparties. « Comme les gens sont maintenant assurés de pouvoir contempler le tableau sans avoir à jouer des coudes comme précédemment, ils sont plus zen et prennent le temps d’admirer les tableaux sur les côtés dans la file d’attente », remarque Servane de Landsheer, adjointe du directeur de l’accueil du Public et de la surveillance, en charge de l’accueil des publics.

Comme précédemment, 5 à 6 agents sont chargés de la gestion des flux, avec – nouveauté – la possibilité de permettre aux familles avec enfants ou aux handicapés de court-circuiter la file d’attente.

80 % des 10 millions de visiteurs annuels du Louvre viennent voir La Joconde.
 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque