Mercredi 14 novembre 2018

Le Macba voit plus grand

Dan Graham va concevoir une nouvelle entrée pour le musée

Le Journal des Arts

Le 10 octobre 2003 - 484 mots

Le Musée d’art contemporain de Barcelone, inauguré en 1995, se sent déjà à l’étroit. Le bâtiment de Richard Meier n’a visiblement pas su répondre aux exigences d’une institution à vocation internationale. Après l’annexion en cours de la chapelle des Anges toute proche, le musée va profiter d’un espace d’expositions supplémentaire dans le quartier industriel de Poblenou. L’artiste américain Dan Graham, célèbre pour ses pavillons en verre, a quant à lui été chargé de réaliser une nouvelle entrée pour l’édifice de Richard Meier.

BARCELONE - Depuis sa nomination au poste de directeur, il y a cinq ans, Manuel Borja Villel ne cesse de faire évoluer le Musée d’art contemporain de Barcelone (Macba). Le bâtiment conçu et réalisé par Richard Meier, qui s’est malheureusement vite révélé d’une superficie insuffisante, présente des carences structurelles majeures, comme l’absence d’un auditorium. Ces défauts sont devenus plus patents avec le temps et le développement de la collection, qui compte aujourd’hui plus de 2 000 œuvres. Pour résoudre, du moins en partie, ce problème d’espace, le Macba a annexé la chapelle des Anges, en cours de réaménagement, située en face du musée.
Idéalement, l’institution aurait dû s’étendre au troisième édifice de la place, où auraient pu être installés un centre de documentation, des archives et des ateliers pour les artistes invités. Dans l’impossibilité d’agrandir son bâtiment principal, le Macba joue donc la carte de la périphérie. À l’occasion d’une exposition temporaire programmée en 2004, le Macba va bénéficier d’un espace supplémentaire dans le quartier de Poblenou, au sein d’un complexe industriel du début du XIXe siècle.
Manuel Borja Villel cherche aussi à réaménager la construction de Richard Meier. Après avoir transféré une partie de ses réserves dans cinq hangars d’une zone industrielle afin de gagner de l’espace, il a donné le feu vert à la première modification de l’édifice depuis son inauguration, en novembre 1995. “Un des points centraux du projet de Manuel Borja Villel, explique Jorge Ribalta, responsable du programme des activités du musée et du développement des collections et des expositions temporaires, est la relation au public, à travers un programme soutenu de conférences, débats et rencontres : l’auditorium se révèle donc indispensable.” Richard Meier n’ayant pas prévu une salle de ce type, Manuel Borja Villel en a créé une dans l’ancien espace réservé à l’accueil du jeune public. L’auditorium proposera divers événements à des horaires flexibles et indépendants de ceux du musée. Enfin, chargé de réfléchir à un projet destiné à une nouvelle entrée, l’artiste américain Dan Graham devrait réaliser l’un de ses célèbres pavillons en verre, jouant avec les reflets, la transparence et l’intensité des variations de lumière.
Parallèlement au développement de son bâtiment et de ses collections, le Macba est dorénavant intégré au réseau des grands musées internationaux : cette année, ses expositions de David Goldblatt, Blinky Palermo, Raymond Pettibon, Richard Hamilton et Robert Filliou ont voyagé dans plus d’une vingtaine de musées européens et américains.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°178 du 10 octobre 2003, avec le titre suivant : Le Macba voit plus grand

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque