Acquisitions

La Tate fait appel au public pour un Turner

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 3 août 2007

L’institution lance une souscription pour l’acquisition d’une aquarelle du peintre à 7,4 millions d’euros.Le musée londonien espère pouvoir exposer en janvier pour la première fois les trois vues du mont Rigi.

LONDRES - La Tate à Londres s’apprête à lancer une souscription pour l’achat d’une aquarelle de William Turner, The Blue Rigi, pour près de 7,4 millions d’euros, l’œuvre picturale la plus chère qu’elle ait jamais acquise. La Tate Britain compte organiser une exposition réunissant les trois
« Montagnes de Rigi » de Turner, dont deux viennent d’être vendues dans des conditions spectaculaires. Si les négociations aboutissent, l’exposition devrait s’ouvrir le 22 janvier. Les trois aquarelles de Rigi sont des chefs-d’œuvre tardifs, datant de 1842, représentant la montagne depuis le lac de Lucerne à divers moments de la journée, avec des couleurs dominantes variées. Malgré l’énorme fonds Turner de la Tate, pour l’essentiel donné par l’artiste, le musée ne possédait aucune vue de Rigi. The Blue Rigi coûtera entre 7 et 7,4 millions d’euros.

Les récentes tribulations des trois « Montagnes de Rigi »

1 The Dark Rigi a connu cette année une histoire agitée. En février, le marchand londonien Simon Dickinson vendait l’aquarelle à la National Gallery of Art de Washington DC pour 4 millions d’euros, ce sous réserve d’une autorisation de sortie du territoire. Après l’établissement de la demande d’autorisation, la Tate a tenté d’enchérir. Mais le 5 juin, jour où Simon Dickinson receuillait l’offre de la Tate, il affirmait que l’œuvre avait finalement été cédée quelques heures plus tôt à un acheteur résidant en Grande-Bretagne. Il précisait plus tard que le nouveau propriétaire consentirait à prêter son Turner à un musée britannique. La Tate est actuellement en négociation pour obtenir ce prêt. 2 The Blue Rigi a été présentée chez Christie’s le 5 juin, le jour même où le marchand londonien Simon Dickinson vendait The Dark Rigi. Lors de la vente, l’aquarelle a atteint l’étourdissante enchère de 8,6 millions d’euros (pour une estimation de 3 millions). Des rumeurs non confirmées attribuent son achat à un grand collectionneur américain. L’autorisation d’exportation a d’abord été différée au 20 novembre, date à laquelle la Tate a expressément manifesté son désir d’acquérir l’aquarelle, malgré la somme faramineuse à réunir. Le report de l’autorisation a alors été prolongé jusqu’au 20 mars 2007. Des avantages fiscaux accompagnent les ventes aux musées publics britanniques, et nous sommes en mesure de révéler que la Tate aura à lever entre 7 et 7,4 millions d’euros pour acheter The Blue Rigi. L’Art Fund et le National Heritage Memorial Fund/Heritage Lottery Fund seront probablement sollicités. L’acquéreur étranger devrait prêter The Blue Rigi pendant la durée de la campagne de souscription de la Tate. 3 La troisième aquarelle du trio, The Red Rigi, appartient à la National Gallery of Victoria à Melbourne (Australie), qui l’a acquise en 1947. L’institution devrait décider de la prêter à la Tate, afin de permettre de voir les trois aquarelles pour la première fois réunies.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°249 du 15 décembre 2006, avec le titre suivant : La Tate fait appel au public pour un Turner

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque