Archéologie

« La salle du Sphinx » nouvelle découverte de la Domus Aurea à Rome

Par Olivier Tosseri, correspondant à Rome · lejournaldesarts.fr

Le 10 mai 2019 - 339 mots

ROME / ITALIE

Les archéologues ont annoncé avoir mis au jour une salle richement décorée du palais de Néron. Seules ses voûtes sont visibles. 

La salle octogonale de la Domus Aurea à Rome - Photo Tyler Bell, CC BY 2.0
La salle octogonale de la Domus Aurea à Rome
Photo Tyler Bell, 24 juin 2018

« La salle du sphinx » est sortie de l’obscurité près de 2 000 ans après qu’un être humain a posé pour la dernière fois son regard sur ses voûtes. Les archéologues travaillant sur le chantier de la Domus Aurea ont annoncé mercredi la découverte d’une nouvelle pièce du palais que Néron se fit construire en 64 après Jésus-Christ à Rome. Elle remonte aux dernières semaines de l’année 2018. 

Lors de travaux de restauration de la voûte de la salle 72 sur les 150 actuellement répertoriées au sein de la fastueuse demeure de 80 hectares à quelques mètres du Colisée, une ouverture est repérée. En l’éclairant, les archéologues s’aperçoivent de l’existence d’une pièce contiguë.  « C’est une découverte exceptionnelle et émouvante, explique Alfonsina Russo,  la directrice du parc archéologique du Colisée. Elle s’insère dans notre stratégie de recherche scientifique constante qui accompagne notre travail de restauration et de mise en sécurité du site. La salle est restée dans l’obscurité pendant vingt siècles. Elle nous raconte l’atmosphère des années où Néron fut au pouvoir. »

Richement décorée, ses fresques sont très bien conservées avec des teintes ocres et pourpres qui ont conservé par endroit tout leur éclat. Un homme luttant contre une panthère, des centaures, un dieu Pan couvrent son plafond et le haut de ses murs. Des motifs végétaux avec des fruits, des guirlandes ainsi que des figures d’oiseaux et des animaux aquatiques, rééls ou fantastiques, complètent le programme iconographique. Il a permis aux historiens de l’art et aux archéologues de dater leur découverte entre 65 et 68 après Jésus-Christ. Un sphinx isolé sur un piédestal, qui se détache sur l’un de ses murs, a donné son nom à la pièce pratiquememt entièrement remplie de plusieurs tonnes de terre. L’empereur Trajan fit en effet ensevelir sous les remblais l’édifice pour bâtir des thermes. La salle du sphinx ne sera pas prochainement déblayée pour préserver la stabilité du site. 
 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque