Alsace

Du nouveau sous les tilleuls

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 30 mars 2010

Le Musée d’Unterlinden, à Colmar, se lance dans un vaste chantier de rénovation et d’extension
confié aux architectes suisses Herzog & de Meuron.

COLMAR -  Réputé pour conserver l’un des chefs-d’œuvre de la peinture occidentale – le retable d’Issenheim de Grünewald –, le Musée d’Unterlinden, à Colmar (Haut-Rhin), va connaître un nouveau souffle en se dotant d’une extension contemporaine. L’entreprise vient d’être confiée à des pointures de l’architecture actuelle : l’agence Herzog & de Meuron, auteurs de la Tate Modern à Londres et du Schaulager à Bâle.
 
Géré depuis son ouverture, en 1853, par une association de droit privé, la Société Schongauer, ce musée au statut atypique a fait appel à la Ville de Colmar, à l’État, à la Région Alsace et au Département du Haut-Rhin afin de financer le chantier, qui doit démarrer en 2011 pour s’achever à la fin de l’année 2013. Sur les 28 millions d’euros nécessaires aux travaux, la Société doit encore récolter 3,5 millions d’euros ; elle vient, pour ce, de lancer un appel au mécénat auprès des entreprises de la région, une pratique à laquelle elle a régulièrement recours.

Le musée va quasiment doubler ses surfaces, qui atteindront une superficie totale de 7 900 mètres carrés. L’extension sera édifiée dans le prolongement des anciens bains municipaux. Ces bâtiments construits en 1906 dans l’esprit Art nouveau seront partiellement conservés. En lice avec Rudy Ricciotti, qui avait imaginé une extension sous le canal, et Moatti et Rivière, spécialistes des mariages réussis entre ancien et contemporain, Herzog & de Meuron ont séduit le jury.

Leur projet crée en effet une architecture minérale résolument moderne tout en s’inspirant du couvent du XIIIe siècle où est installé le musée. Ils ont cherché à reconstituer la disposition des bâtiments composant l’ancien ensemble conventuel des Unterlinden. L’extension reprend ainsi la forme et les dimensions de la chapelle du couvent où est exposé le retable d’Issenheim.

Les architectes ont également décidé de reconstruire la porte historique et le bâtiment correspondant à l’ancien moulin. De même, « la nouvelle cour [formée par l’extension et les anciens bains municipaux] constituera un ensemble architectural d’un poids équivalent à celui du cloître médiéval des Unterlinden », expliquent-ils. Dotés de portes d’entrée clairement visibles, ces deux ensembles architecturaux, ancien et contemporain, se feront face de part et d’autre de la place Unterlinden, qui sera fermée à la circulation et entièrement réaménagée avec la réouverture du canal de la Sinn.

Sculptures gothiques
La nouvelle aile va permettre à Pantxika De Paepe, conservatrice en chef, et ses équipes de redéployer les collections d’art moderne et contemporain (des œuvres signées Monet, Delaunay, Léger, Kupka, Manessier, Bazaine) et de sortir certaines pièces confinées dans les réserves… Elle abritera également les espaces d’exposition temporaire.

Le musée actuel pourra se concentrer sur son ensemble de sculptures gothiques et peintures de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance, autour du retable de Grünewald et des œuvres de Martin Schongauer. Sans oublier ses collections archéologiques, qui occuperont les espaces en sous-sol, et un important fonds d’art décoratif (céramiques de l’Est, étains alsaciens, orfèvrerie, armes de chasse et de guerre). Les anciens bains abriteront un grand auditorium.

Après travaux, l’établissement, qui est déjà le deuxième musée de France le plus fréquenté hors Paris (après le Musée Fabre à Montpellier), espère accueillir quelque 500 000 visiteurs annuels contre 200 000 personnes actuellement. Un chiffre honorable, bien que, selon la municipalité, relativement faible au regard des 3 millions de touristes qui foulent chaque année le sol colmarien.

Musée d’Unterlinden

1, rue d’Unterlinden, 68000 Colmar, tél. 03 89 20 15 21, www.musee-unterlinden.com

MUSÉE D’UNTERLINDEN

Budget global des travaux : 28 millions d’euros

Maître d’ouvrage : Ville de Colmar

Maître d’œuvre : Herzog & de Meuron

Surface du musée après travaux : 7 900 m2

Gestionnaire du musée : Société Schongauer

Conservatrice en chef : Pantxika De Paepe

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°322 du 2 avril 2010, avec le titre suivant : Du nouveau sous les tilleuls

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque