Musée

ENTRETIEN

Daniel Weiss : « le Met est dans un moment très fort »

Par Shahzad Abdul (correspondant à Washington) · Le Journal des Arts

Le 29 janvier 2018 - 1820 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

Après une année de turbulences sans précédent, le Metropolitan Museum of Art tourne la page. Son nouveau P.-D.G. a pour mandat d’assainir les finances du Met et de lui insuffler une nouvelle dynamique, en redonnant vie aux nombreux chantiers gelés.

Daniel Weiss
Daniel Weiss
Photo Maya Levin pour le Journal des Arts

New York. Historien de l’art originaire du New Jersey (États-Unis), Daniel Weiss, né en 1957, remplace depuis juin 2017 Thomas Campbell à la tête du Metropolitan Museum of Art (Met) de New York. Auteur d’une thèse et de plusieurs ouvrages sur l’art médiéval européen et byzantin, il est aussi titulaire d’un Master of Business Administration dans le domaine du management obtenu à l’université de Yale. En 2015, alors président du Haverford College (Pennsylvanie), il est recruté par le Met pour en devenir son président et chef des opérations. En 2017, il est nommé président-directeur général du plus grand musée des États-Unis.

À votre arrivée, le Met a été décrit comme une « institution en déclin. » Cela vous a-t-il contrarié ?
Si on regarde la qualité de nos collections, l’extraordinaire programme d’expositions, le Met continue d’être un leader mondial sur le plan de la richesse, de la complexité, de la sophistication et de la fréquentation. Notre programme de publications est probablement le plus important et le plus ambitieux au monde. Nous accueillons 30 000 événements par an. Donc il est difficile, dans ces circonstances, de dire que nous sommes en déclin. Nous avons connu des difficultés financières, à propos desquelles nous avons été très transparents. Maintenant nous disposons d’un plan pour équilibrer le budget, ce que nous allons faire.

Comment le musée s’est-il retrouvé dans cette situation ?
Il y a eu trois facteurs. Le premier se rapporte aux coûts liés à nos infrastructures, des problèmes que chaque musée connaît. Nous avons décidé d’investir et de nous endetter à ce niveau. Ensuite, nous proposons ici toute une gamme d’activités (restaurants, boutiques, etc.) qui, jusqu’ici, ne généraient pas suffisamment de revenus. Enfin, notre programmation est probablement plus ambitieuse et prolifique qu’elle ne devrait l’être. En d’autres termes, nous faisons trop de choses.

Où en est votre guerre au déficit budgétaire ?
Nous sommes maintenant sur une voie qui nous semble saine pour, d’ici deux ou trois ans, équilibrer le budget. Dans le même temps, tous les aspects qui comptent pour le public continuent de fonctionner au plus haut niveau. Donc je pense que le Met est dans un moment très fort. Nous devons penser nos décisions sur le long terme, ce qui implique que nos choix sur le court terme ne soient pas toujours populaires.

Est-il possible d’équilibrer votre budget sans abaisser la qualité ?
Absolument, j’en suis convaincu. Comme toutes les institutions ambitieuses remplies de personnes extraordinairement talentueuses, avec les ressources dont nous disposons, il y a le désir de faire beaucoup, beaucoup de choses. Le but est toujours d’équilibrer ce niveau d’activité avec ce que l’on peut se permettre. C’est assez facile à faire, en réalité, si on y réfléchit bien. Nous allons par exemple programmer un plus petit nombre d’expositions dans les années à venir.

Combien ?
Il y a deux ans, nous avons organisé soixante expositions. Personne au monde ne s’approche de ce nombre. Cette année, nous avoisinerons plutôt cinquante expositions. Personne ne s’approche de cela non plus. Nul ne remarquera la différence et cela ne va pas appauvrir notre offre.

Outre la situation financière, les relations entre la direction et les équipes était aussi en question. Comment décririez-vous ces relations ?
Je crois profondément que le meilleur type de management, dans un endroit comme le Met, est collaboratif. Mon travail est de rassembler les employés dans des équipes qui fonctionnent et qui, avant tout, veillent à la mission de l’institution. Au final, c’est moi qui suis responsable en tant que P.-D.G., mais j’ai choisi de partager cette responsabilité avec mes collègues, ce qui m’aide à prendre de meilleures décisions. Par ailleurs, je crois que la transparence est fondamentale. Si les gens comprennent vos priorités, les raisons pour lesquelles elles sont vos priorités, alors ils vous aideront à prendre de meilleures décisions. Et j’ai toujours été quelqu’un qui écoute, j’écoute de manière quasi athlétique.

Parmi les chantiers dont vous avez hérité, il y a ce projet d’aile consacrée à l’art moderne et contemporain. Celui-ci va-t-il rester gelé ?
Ce gel avait été décidé il y a un an et demi car l’idée nous semblait trop coûteuse. Nous sommes désormais à un moment différent, où le musée se stabilise. Nous avons aussi une meilleure visibilité sur nos finances et regardons de nouveau ce projet d’aile sud-ouest. Mais des projets de cette amplitude, dans lesquels vous dépensez plusieurs centaines de millions de dollars, prennent des années à planifier et préparer.

Le développement des musées généralistes comme le Met passe-t-il nécessairement par l’art moderne et contemporain ?
C’est une question à laquelle nous réfléchissons beaucoup. Nous sommes absolument engagés, en tant que musée encyclopédique, à étudier et exposer l’art d’aujourd’hui. Mais ce n’est pas notre cœur de métier. Il y a d’autres musées à New York et dans le monde qui se consacrent à l’art moderne et contemporain, et qui le font plus efficacement que nous. Ce qui nous intéresse, c’est la continuité du développement historique, la relation d’une période à l’autre. Là-dessus, nous pouvons apporter du contexte en raison de l’art que nous collectionnons et exposons. En ce sens, nous voulons être un acteur dans l’art contemporain.

Avez-vous, sur le modèle du Louvre-Abou Dhabi, la volonté de vous exporter à l’international ?
Une autre grande réflexion du Met. Nous nous considérons comme une institution mondiale, mais nous ne comptons pas avoir de musée à travers le monde. C’est une stratégie parfaitement raisonnable pour d’autres institutions, mais nous sommes focalisés sur ce bâtiment (sur la 5e Avenue), le Met Cloisters et le Met Breuer. En revanche, nous menons des fouilles archéologiques dans plusieurs pays : par exemple en Égypte et en Grèce depuis un siècle, et aujourd’hui au Guatemala et ailleurs. Des chercheurs du monde entier viennent se former chez nous. C’est notre conception de l’acteur global.

Récemment, le musée a été au cœur d’une polémique, en raison d’une peinture de Balthus, Thérèse rêvant [qui a choqué une visiteuse, laquelle a lancé une pétition]. Quelle est la limite entre le devoir d’exposer et la responsabilité sociale ?
Je pense qu’en exposant un art réfléchi, provocateur, intéressant du point de vue de l’histoire de l’art, et esthétiquement travaillé, nous « faisons notre job ». Tout ce qui se trouve dans ce musée n’est pas destiné à complaire aux visiteurs. L’art, d’ailleurs, n’est pas nécessairement censé mettre les gens à l’aise. Balthus est un artiste d’une grande importance historique, son travail est exposé à travers le monde, et son œuvre a été jugée agaçante par certains. Je dis à ces personnes : vous avez le droit de passer votre chemin, de ne pas aller dans cette galerie. Vous avez tous les droits de manifester, de publier des critiques. Mais nous n’avons pas l’obligation de censurer notre collection en réponse à chaque critique reçue. L’apprentissage, la connaissance, l’implication profonde surviennent aux confins de la zone où les gens se sentent à l’aise.

À l’heure des réseaux sociaux, est-il difficile de résister à la pression populaire ?
C’est une question qui dépasse le monde des musées. Nous ne savons plus comment avoir un débat sérieux, passionné autour de sujets importants. Nous le constatons au Congrès et notre gouvernement a perdu cette capacité également.

Précisément, Donald Trump fête le 20 janvier sa première année de mandat à la présidence des États-Unis, et ses relations avec le monde de l’art sont plus que conflictuelles. Vous avez plusieurs fois pris position contre ses idées. Quelle est l’importance de la voix du Met sous cette administration ?
Privilège du Met, l’institution a de l’influence. Nous pouvons peser dans les débats et je prends cette opportunité et cette responsabilité très au sérieux. Je ne pense pas mon rôle comme étant partisan et mes opinions personnelles sur Donald Trump n’ont aucune influence sur ma façon de diriger cette institution. Mais quand le président parle de législation ou d’initiatives qui vont mettre à mal notre mission, j’ai l’obligation de m’exprimer. Ainsi quand il a annoncé le retrait des États-Unis de l’Unesco, il était important pour moi d’informer le président Trump et le monde que le Met considère l’Unesco comme une organisation d’une grande valeur.

Quelle est votre principale réflexion, à l’aune de cette nouvelle année ? Que représente le Met à cet instant précis ?
Je réfléchis beaucoup à cela. Que devrions-nous faire ? Dans ce musée, nous représentons des centaines et des centaines de sociétés sur cinq millénaires. Le visiteur a la chance de voir leur histoire, leur culture. En cela, nous espérons favoriser la capacité à avoir de l’empathie, une meilleure compréhension de l’autre, la tolérance envers les autres civilisations et la capacité à aimer et apprécier ce que les autres ont apporté au monde. Si nous pouvons faire cela, aujourd’hui tout particulièrement, alors nous ferons quelque chose qui compte pour le monde.

De manière plus prosaïque, votre grand projet pour 2018 est de passer sur un modèle payant [le Met a depuis annoncé, le 4 janvier, que son accès devenait payant pour les touristes]. Qu’attendez-vous de ce changement ?
Nous avons besoin d’une politique d’accueil qui réponde à nos besoins financiers et à ce que nous pensons être juste pour le public. Rien de ce que nous préparons ne va générer d’énormes sommes d’argent. Mais nous avons un budget opérationnel de 320 millions de dollars [plus de 267,5 millions d’euros]. Actuellement, nos revenus tirés des entrées représentent 12 % de ce budget. Si nous sommes capables d’atteindre 15 %, cela serait significatif pour nous.

L’argent, c’est aussi le nerf de la guerre pour les expositions. Pensez-vous que seules des institutions comme le Met pourront à l’avenir se permettre des grandes expositions comme celle du moment sur Michel-Ange [« Michel-Ange, divin dessinateur et designer »] ?
C’est vrai que nous investissons des sommes considérables dans nos expositions. Mais nous levons aussi beaucoup d’argent pour celles-ci. Dans le cas de « Michel-Ange », il s’agit du plus grand rassemblement de dessins de cet artiste dans l’histoire. Des travaux qui, ensemble, nous permettent de raconter une histoire sur le génie créatif de Michel-Ange. Et cela justifie la dépense.

Quelle est la « Joconde » du Met ?
Nous n’avons pas une œuvre d’art qui possède le magnétisme et l’intérêt populaire que suscite Mona Lisa. Et je pense que c’est une bénédiction pour nous. Je m’explique. Beaucoup de personnes vont au Louvre, demandent où est la Joconde, passent devant quatre autres peintures de Léonard de Vinci potentiellement aussi bonnes voire meilleures, mais ne les regardent pas. Ils voient la Joconde, cochent cela sur leur liste, puis s’en vont. Et ils ratent l’incroyable puissance du Louvre : l’amplitude de sa collection, les peintures de David, la collection égyptienne, etc. Ici, les gens explorent davantage. Il y a de véritables trésors, des chefs-d’œuvre à travers le musée. Mais ils ne sont pas distraits par la chasse à une unique œuvre.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°493 du 19 janvier 2018, avec le titre suivant : Daniel Weiss « le met est dans un moment très fort »

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque