Mercredi 18 septembre 2019

Paris : la construction de la 2e partie de l'Institut des cultures d'islam abandonnée

Par LeJournaldesArts.fr (avec AFP) · lejournaldesarts.fr

Le 8 septembre 2015 - 487 mots

PARIS [07.09.15] - La Ville de Paris ne construira finalement pas la deuxième partie de l'Institut des cultures d'Islam (ICI), qui aurait dû être inaugurée cette année à la Goutte d'or (XVIIIe), a affirmé lundi à l'AFP l'adjoint chargé de la Culture Bruno Julliard (PS).

La première partie, l'ICI Goutte d'or, a été inaugurée en novembre 2013 rue Stephenson par l'ancien maire de Paris Bertrand Delanoë (PS). Le bâtiment de 1.400 m2 rassemble dans les mêmes locaux un espace culturel et une salle de prière de 300 m2, qui a été vendue à la Mosquée de Paris.

La deuxième partie, l'ICI Barbès, devait ouvrir courant 2015, à l'angle de la rue Polonceau et de la rue des Poissonniers. Elle devait elle aussi faire cohabiter espaces cultuels et espaces culturels, mais la maire de Paris Anne Hidalgo a décidé d'abandonner ce montage.

"La construction a été suspendue en raison d'un contentieux sur le mur mitoyen de la copropriété. On a demandé aux services de la Ville de revoir le projet. Il y aura un deuxième site, qui restera l'ICI rue Léon. Nous allons faire des travaux pour que le site devienne pérenne", a expliqué M. Julliard à l'AFP.

L'ICI dispose en effet de manière -théoriquement- provisoire de locaux situés rue Léon.

Quant à la deuxième salle de prière, elle devrait pouvoir être construite rue Polonceau, "dans le cadre d'une opération privée". Selon M. Julliard, cette solution sera "nettement moins cher" pour les finances de la Ville. "On sera à moins d'un million d'euros", alors que le coût prévisionnel de l'ICI Barbès, dessiné comme son jumeau de la rue Stephenson par l'architecte Yves Lion, était de seize millions d'euros (auquel s'ajoutait le coût de la salle de prière destinée à être vendue, soit 2,7 millions d'euros).

Outre cette raison budgétaire, "nous trouvons tout à fait réussie la première cohabitation, mais nous préférons qu'il n'y en ait pas de nouvelle. L'ICI peut exister sans avoir une salle de prière dans ses murs, ce n'est pas un désaveu", a expliqué M. Julliard. "Le fait que ce soit distinct, c'est bien la démonstration que l'ICI a une pertinence propre qui n'est pas liée à la salle de culte", a souligné l'adjoint, rappelant qu'il avait été reproché à la Ville de se servir de l'espace culturel comme d'un prétexte pour financer la construction de la salle de culte.

Interrogée par l'AFP, le président de l'Institut des cultures d'Islam a fait part de son amertume.

"Le renoncement d'Anne Hidalgo est purement idéologique, elle ne veut pas d'un centre culturel dans une mosquée", a réagi Jamel Oubechou, en soulignant que la vertu de l'ICI était justement d'atteindre un public habituellement éloigné de l'art, et de faire que "les gens se rencontrent et se parlent" autour de projets culturels.

Dans la bataille, l'ICI 2 perd son auditorium et des espaces d'exposition, en passant d'une surface comprise entre 800 et 1.200 m2 selon les scénarios à 500 m2.

Légende photo

L'ICI site Stéphenson (bâtiment moderne à gauche) - 56 rue Stéphenson, 75018 Paris - Architecte Yves Lion / photo www.atelierslion.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque