Ouverture prochaine de deux ou trois pièces des appartements de Napoléon au Palais Royal de Venise

Par Lucile Pages · lejournaldesarts.fr

Le 11 décembre 2012 - 670 mots

VENISE (ITALIE) [11.12.12] – Entreprises en 2000 par le Comité français pour la sauvegarde de Venise, les restaurations du Palais Royal de la Place Saint-Marc vont bon train. Après la réouverture des appartements de l’impératrice (Sissi) cet été, le Comité annonce l’ouverture d’ici le printemps 2013 de deux ou trois pièces des appartements de Napoléon Bonaparte.

En visite à Venise en 1807, Napoléon Bonaparte, proclamé roi d’Italie en 1805, organise la construction du Palais Royal de Venise sur la Place Saint-Marc, plus communément appelé Aile Napoléonienne, face à la Basilique. Les travaux durent 6 ans sous la responsabilité du vice-roi Eugène de Beauharnais.

La décoration du monument est confiée au peintre Giuseppe Borsato, disciple des français Percier et Fontaine, « qui illustre à Venise un élégant néoclassicisme issu d’influences françaises et italiennes entrecroisées » et qui poursuivra le projet après le départ des français, alors que Venise est cédée aux Habsbourgs.

Quelques changements décoratifs sont opérés pour la venue de l’empereur Ferdinand 1er (qui devait venir en visite en qualité de roi du Royaume lombard-vénitien) en 1838, puis dans les années 1850, pour la visite du couple Elisabeth de Wittelsbach (Sissi) Princesse de Bavière, et François-Joseph d’Autriche. Le boudoir par exemple, remanié en 1854 par l’ornemaniste Giovanni Rossi, est spécialement décoré pour la jeune impératrice. « Le médaillon peint au milieu du plafond présente la déesse protectrice des arts, dont le visage rappelle de toute évidence les traits de la belle souveraine d’Autriche ».

En 1866 les Savoie succèdent aux autrichiens, mais cèdent le Palais à l’Etat en 1920. Une partie du bâtiment est alors confiée à la ville de Venise pour abriter les collections de l’abbé Teodoro Correr et devient le musée Correr en 1922, logé à la fois dans une partie de l’Aile Napoléonienne et dans une aile des Procuraties Nouvelles. L’autre partie du Palais Royal, une vingtaine d’autres pièces, servira de bureaux pour différentes administrations jusque dans les années 2000. L’Aile Napoléonienne est le seul palais royal néoclassique encore intact en Italie et la principale réalisation architecturale française à Venise.

Sous l’impulsion du Comité français pour la sauvegarde de Venise, association privée d’intérêt général, ces pièces sont progressivement libérées au profit du Palais Royal de la Place Saint-Marc, puis restaurées, et intégrées au parcours du musée Correr ; une action officialisée dans un accord signé en 2006 entre le domaine et la ville.

Inscrite dans le vaste programme de rénovation du musée Correr, entrepris par la Direction des Musei Civici Veneziani, la restitution du Palais Royal, entamée depuis les années 2000, a été programmée en trois étapes.

Une première phase (2000-2004), intégrée au programme UNESCO Comités Privés pour la sauvegarde de Venise, a permis la restauration du portique donnant accès au Palais Royal et à la Place Saint-Marc, du grand escalier d’honneur, du vestibule d’honneur, de la salle de bal et de la salle du Trône.

Pour l’été 2012, neuf salles des appartements de l’impératrice d’Autriche sont réouvertes. Les travaux ont remis à jour les décorations de Giuseppe Borsato et les ornementations de Giovanni Rossi. Pour l’occasion, les tapisseries ont été entièrement recréées, fidèlement au modèle original et les meubles d’origine ont retrouvé leur place.

La troisième phase du projet concerne désormais les appartements de l’empereur. « Il faut tout reprendre, y compris les fenêtres et les portes » explique Jérôme Zieseniss, président du Comité, à l’AFP. Pour l’heure, déjà quatre salles sont prioritaires, pour un coût de 800 000 euros. Si le Comité n’a pas encore tous ses financements, un oligarque russe et une maison de luxe se sont déjà engagés à participer. Zieseniss s’est dit confiant pour la réouverture d’au moins deux ou trois salles au printemps 2013.

Le Comité, association privée, fonctionne sur son fonds propre et sur les appels de mécénat. Chaque pièce est associée à un mécène (organisations privées et publiques ou individus) dont le nom est associé à l’intitulé de la pièce. Depuis le début du projet, pas moins de quatre fondations, cinq particuliers et trois entreprises ont répondu à l’appel.

Légende photo

La salle des audiences, un des espaces restaurés des appartements napoléoniens, Musée Correr, Venise - © Photo Fondazione Musei Civici di Venezia - 2012

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque