Jeudi 13 décembre 2018

Ouverture d’un port franc à New York en juillet

Par Éléonore Thery · lejournaldesarts.fr

Le 3 avril 2017 - 367 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [03.04.17] - La société américaine Arcis annonce l’ouverture d’un port franc à New York dans le quartier d’Harlem en juillet prochain. Une réponse à une demande fiscale autant que de stockage.

New York doit accueillir en juillet un port franc implanté dans le quartier de Harlem. Cet espace de stockage d’œuvres d’art ultra sécurisé, déployé sur plus de 100 000 mètres car-rés est l’œuvre de la société Arcis, « forteresse » en latin.

La firme a obtenu auprès des autorités fédérales le statut de Foreign Trade Zone, c’est-à-dire de port franc. Comme à Genève, Singapour ou dans l’état du Delaware, ce statut permet aux collectionneurs qui y entreposent leurs trésors de ne pas payer de droits de douanes et selon les cas, de TVA.

A New York, où l’équivalent de la TVA s’élève à plus de 8% pour les œuvres d’art, l’offre est séduisante. S’y ajoute un besoin d’espaces sécurisés pour palier la disparition de nom-breux entrepôts du quartier de Chelsea, fief historique des galeries new-yorkaises Des collectionneurs ont déjà réservé des espaces de stockage.

Arcis a été fondée par Cayre Equities, une société d’investissement et de promotion dans le secteur immobilier dirigée par Ken Cayre. Pour piloter la projet, le magnat et collectionneur a recruté Tom Sapienza et Kevin Lay, deux an-ciens d’entreprises spécialisées dans la logistique d’œuvres d’art, Crozier et Dietl. « Peu de temps après avoir été pré-sentés, Tom et Ken se sont retrouvés dans l’avion pour aller assister au cours de master de finance appliquée au marché de l’art, donné par Rachel Pownall, auteur du dernier rapport TEFAF. Par ses enseignements et les relations qui y ont été nouées, ce cours a été la pierre angulaire de la fondation d’Arcis » explique Milena Sales chez Arcis.

Arcis s’est alloué les services du Van Gogh Museum d’Amsterdam pour se doter des dernières technologies en matière de sécurité, comme le scanner rétinien. Le musée a ouvert l’an dernier un programme destiné à vendre son expertise à des collectionneurs, fondations ou autres clients privés, dont elle espère qu’il financera 5% de son budget de fonctionnement.

Sur des aspects techniques du bâtiment, Arcis a également eu recours aux services de Vidaris, consultée récemment par le nouveau Whitney Museum.

Légende photo

Vue sur Lower Manhattan depuis le ferry de Staten Island © Photo Nicolas Vollmer - 2013 - Licence CC BY-SA 2.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque