Mardi 18 septembre 2018

Photographie

Chronique

L’habit fait le moine

Par Emmanuel Fessy · Le Journal des Arts

Le 13 avril 2018 - 545 mots

PARIS

Société. L’œuvre d’August Sander (1876-1964) est reconnu, à juste titre, comme un chapitre essentiel de l’histoire de la photographie.

August Sander à Kuchhausen
August Sander à Kuchhausen, c. 1956/1958, tirage d‘époque gélatino-argentique
Photo Gunther Sander
© Die Photographische Sammlung/SK Stiftung Kultur – August Sander Archiv, Cologne; VG Bild-Kunst, Bonn; ADAGP, Paris, 2018
Courtesy Gallery Julian Sander, Cologne and Hauser & Wirth, New York

Il avait voulu dresser un portrait sociophotographique de trois Allemagne, celle de Guillaume II, de Weimar et de Hitler. Avec l’obstination nécessaire à une telle ambition, il avait méthodiquement construit un projet d’ouvrage, « Hommes du XXe siècle », divisé en sept groupes et 45 portfolios.

Sous le titre « Persécutés/persécuteurs, des Hommes du XXe siècle » (1), le Mémorial de la Shoah à Paris expose de manière sobre et éloquente, un fragment de cet immense travail : celui réalisé sous le IIIe Reich, partie incontestablement la plus sensible et posant le plus de questions, quatre-vingts ans encore après sa réalisation. Cet ensemble est complété par d’autres portraits, tirés par contact, non retenus par l’artiste et rarement montrés, ainsi que par des éléments biographiques sur les personnes photographiées.

August Sander, Manoeuvre, 1928
August Sander, Manoeuvre, 1928, tirage gélatino-argentique, 1990
©Die Photographische Sammlung/SK Stiftung Kultur – August Sander Archiv, Cologne; VG Bild-Kunst, Bonn ; ADAGP, Paris, 2018.
Courtesy Courtesy of Gallery Julian Sander, Cologne and Hauser & Wirth, New York.

Une salle en ellipse est le point névralgique de l’exposition : à droite, est accroché « Le national-socialiste » (portfolio 23a), face aux « Persécutés » et « Prisonniers politiques » (portfolios 44 et 44a). Ce face-à-face interpelle le visiteur, qui pense aux souffrances et à la mort endurées par les victimes de la Shoah. Quant aux bourreaux, les SS, les SA, les membres des Jeunesses hitlériennes, leurs visages ne manifestent aucune agressivité, aucune violence, ils ne donnent nullement l’indice de monstres. C’est une fois de plus la « banalité du mal », stigmatisée par la philosophe Hannah Arendt qui est montrée. Seul leur uniforme, leur brassard à croix gammée les rangent dans le portfolio « Le national-socialiste ». Ici, l’habit fait le moine, comme pour tous les portraits des différentes catégories définies par Sander : le Manœuvre porte une pile de briques sur ses épaules, le Maître serrurier un gros trousseau de clés et un marteau, les Boxeurs, torses nus et en short, portent des gants de boxe, les membres d’un orchestre campagnard des instruments de musique…

Sander défendait une photographie documentaire, objective, s’écartant de toute influence picturale. Les caractéristiques individuelles de la personnalité des nazis ont été neutralisées, comme dans le traitement de tous ses sujets, par une distance froide, un contraste accentué entre le noir et le blanc. Avec ces exemples, il voulait dresser une typologie sociohistorique de son époque et ne se livrait pas à une étude de caractères. Dans l’ouvrage, le sous-chapitre « Le national-socialiste » appartient au Groupe IV– intitulé « Les catégories socioprofessionnelles » – comme les portfolios « Le fonctionnaire », « Le soldat », « L’aristocrate », « L’ecclésiastique », « L’homme politique »…

August Sander était, heureusement, loin des travaux du professeur de médecine Cesare Lombroso qui prétendait pouvoir repérer un criminel potentiel d’après les traits de son visage. Il n’était pas adepte de physiognomonie ou de morphopsychologie, qui font, aujourd’hui, dangereusement florès chez les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Grâce aux big data et à des algorithmes, les géants du Web stockent nos visages et prétendent les décoder. Leurs systèmes de reconnaissance faciale scrutent nos mouvements de sourcils, de bouche et les décryptent en surprise, indifférence, satisfaction, joie, peur, colère… Tout individu serait déterminé par son visage, qui serait, lui-même, soumis à un système binaire d’émotions. Un visage devenu une mécanique émotionnelle convoitée par des professionnels du marketing qui sauraient anticiper nos achats mais aussi par des services de police qui sauraient prévoir nos comportements. L’œuvre de Sander mérite d’être relu.

(1) jusqu’au 15 novembre.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°499 du 13 avril 2018, avec le titre suivant : L’habit fait le moine

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque