Samedi 14 décembre 2019

Art ancien

Le Jour où... Delacroix a voyagé en Angleterre

Par Pierre Wat · L'ŒIL

Le 26 juillet 2018 - 608 mots

Chaque mois, Pierre Wat raconte un jour dans la vie d’un artiste, entremêlant document et fiction pour mieux donner à voir et à imaginer. Ce mois-ci : Eugène Delacroix

Eugène Delacroix, <em>Vue de la campagne anglaise avec la Tamise et le collège de Greenwich</em>.
Eugène Delacroix, Vue de la campagne anglaise avec la Tamise et le collège de Greenwich.

12 mai 1825 
Me voici à Londres, enfin ! Géricault me manque encore plus que d’ordinaire, aujourd’hui. Quel merveilleux compagnon de voyage cela aurait été. Quel guide incomparable il aurait pu être, dans ce pays qui aima son Radeau bien mieux que les Français.

13 mai 
Je crois, et cela m’ennuie de m’avouer cela, que je me trouverais bien malheureux d’être obligé de rester éternellement dans cette ville peinte au noir de fumée. Heureusement que l’ami Charles Soulier m’a appris quelques rudiments d’anglais, qui me permettent de discuter un peu avec ma logeuse, une jolie femme au teint délicatement pâle, qui m’incite à aller me promener le long du fleuve qui traverse Londres, la Tamise. « You could do watercolours », me dit-elle. L’aquarelle, un art d’Anglais. Cela aussi, Soulier m’en a enseigné les rudiments. Ici, on combine volontiers cette peinture à l’eau avec de la gouache, et d’autres procédés encore, comme l’emploi de gommes, de vernis et de grattages. J’aime toute cette cuisine si libre, tellement éloignée du triste enseignement que j’ai reçu en France. Demain, les frères Fielding ont promis de me rendre visite.

14 mai 
Les voici, Thalès et Copley. Je ne suis heureux, tout à fait heureux, que lorsque je suis avec un ami. Bonington s’annonce, paraît-il. Finalement, j’aime cette Angleterre, sa luminosité contrariée, son soleil d’une nature particulière. C’est continuellement un jour d’éclipse. 

10 juin 
Matinée splendide avec Bonington, chez Samuel Rush Meyrick, à faire des croquis de sa collection d’armes et d’armures. Bonington est un magicien : personne dans cette école moderne, et peut-être avant lui, n’a possédé cette légèreté dans l’exécution, qui, particulièrement dans l’aquarelle, fait de ses ouvrages des espèces de diamants dont l’œil est flatté et ravi, indépendamment de tout sujet et de toute imitation. Hier, nous avions vu la galerie des peintures de Benjamin West (un shilling). Ce soir, comme chaque soir, théâtre (un shilling).

11 juin 
Hier soir, vu Kean dans Othello. Les expressions d’admiration manquent pour le génie de Shakespeare.

3 juillet 
Le temps file, et je crois bien que je ne parviendrai pas à voir Constable. L’homme n’est, me dit-on, pas du genre mondain, préférant les nuages de Hampstead au brouillard londonien. J’aurais aimé le remercier de l’impression qu’il m’avait produite au moment où je peignais le Massacre de Scio. Lui et Turner sont de véritables réformateurs. Ils sont sortis de l’ornière des paysagistes anciens. 

12 août Je reviens depuis trois jours d’un voyage fort agréable en Essex, où j’ai été par mer dans le navire d’un noble anglais qui y possède un château où j’ai passé quelques jours. Comme le temps était contraire pour retourner à Londres, nous avons fait plusieurs excursions par quelques mauvais temps qui m’ont fait voir la mer un peu méchante. Du reste, l’Angleterre me semble peu amusante. Il n’y aurait qu’un motif bien puissant, comme par exemple d’y faire des affaires, qui pût m’y retenir. J’ai vu seulement dans mon séjour la possibilité de travailler fructueusement un jour dans ce pays regorgeant d’or.
Je serai à Paris vers la fin du mois. Quoi qu’il en soit, les voyages sont une bonne chose. Ils vous donnent des émotions nouvelles. Ils vous font juger par vous-même des autres pays et retrouver le vôtre avec plaisir. 

« Delacroix (1798-1863) »

Du 29 mars au 23 juillet 2018. Musée du Louvre, rue de Rivoli, Paris-1er. De 9 h à 18 h, sauf le mardi, jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi. Tarif : 15 €. Commissaires : Sébastien Allard et Côme Fabre. www.louvre.fr

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°712 du 1 mai 2018, avec le titre suivant : Le Jour où... Delacroix a voyagé en Angleterre

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque