Esprits comptables

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 15 janvier 2008

Lorsque le ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon lança en 2003 le programme des Fonds régionaux d’art contemporain (FRAC) dits « de deuxième génération », son plan d’investissement prévu jusqu’en 2008 comportait notamment la réinstallation de neuf institutions en régions. Aujourd’hui, la construction du FRAC Bretagne à Rennes par Odile Decq est en cours d’achèvement, tandis que les Subsistances militaires, à Orléans, réaménagées par les architectes Jakob  MacFarlane, accueilleront en 2009 le FRAC Centre. Ces projets marquent un tournant pour ces jeunes institutions chargées d’acquérir, d’exposer et de diffuser des œuvres contemporaines à l’échelon régional, et disposant à ce titre d’un double financement État/Région. Le paradoxe veut que, au moment où un certain nombre de ces institutions vont enfin être dotées de réserves professionnelles pour conserver leur collection, leur crédit d’acquisition ait fondu comme neige au soleil. Les budgets des FRAC semblent d’autant plus dérisoires que le marché de l’art en pleine explosion. Les esprits purement comptables ont trouvé une parade : tout simplement vendre les fleurons de ces collections pour dégager des crédits d’achat ! Il faut dire que leurs comités d’acquisition ont fait preuve de tellement de professionnalisme qu’ils ont parfois acquis pour quelques dizaines de milliers de francs des œuvres qui se négocieraient aujourd’hui sur le marché plusieurs centaines de milliers d’euros. D’un point de vue patrimonial, ces ventes éventuelles constitueraient un préjudice irréparable puisque ces œuvres sont souvent sans équivalent dans les collections nationales. À l’étranger, où la renommée de nos artistes est déjà à la peine, ces actions formeraient de plus un message particulièrement malvenu.
Il est difficile de présumer quelles seront les préconisations du rapport sur la question de l’aliénabilité des œuvres des collections publiques, un document que Jacques Rigaud rendra dans quelques jours à la ministre de la Culture. Mais 2008 s’annonce déjà cruciale pour l’avenir de ces collections.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°273 du 18 janvier 2008, avec le titre suivant : Esprits comptables

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque