Jeudi 19 septembre 2019

Courrier

Le Journal des Arts

Le 1 décembre 2010 - 387 mots

À la suite de l’article paru dans le JdA no 334, 5 novembre 2010, p. 23, nous avons reçu le courrier suivant.

Nous sommes cinq commissaires-priseurs ayant démissionné des six postes que nous occupions dans les conseils d’administration de Drouot Patrimoine (Isabelle Bailly-Pommery, Jean-Jacques Mathias et Dominique Ribeyre, dans une lettre datée du 6 octobre) et de Drouot Holding (Alexandre Giquello, Pierre-Yves Lefèvre et Dominique Ribeyre, dans une lettre en date du 7 octobre).

Nous tenons à réfuter les explications données à notre démission par Georges Delettrez [commissaire-priseur et président de Drouot Holding] dans Le Journal des Arts no 334 paru le 5 novembre. Nos raisons étaient clairement exprimées dans les lettres de démission de ces deux conseils. Nous tenons à en publier quelques extraits dans votre journal : « Dix mois après le début des événements qui ont bouleversé le fonctionnement de l’hôtel Drouot, nous sommes amenés à constater notre impuissance à peser sur les décisions à prendre pour assurer la pérennité de notre outil de travail. » Nous avons particulièrement insisté sur les points suivants : « Non prise en compte de la gravité de la situation. » « Un mode de gouvernance sans concertation. » « Le mode de désignation des nouveaux administrateurs de Drouot Holding. » « Nous pensions judicieux de donner, dans cette période difficile, un signe d’ouverture en élargissant de manière significative le conseil d’administration de Drouot Holding [en incluant] des membres qui ne sont pas liés à l’actionnariat ou au salariat de l’entreprise. » « Enfin, en cette période, il est regrettable de ne pas être à l’écoute des aspirations de nos actionnaires qui sont aussi les opérateurs de l’hôtel Drouot. » Nous, les cinq commissaires-priseurs démissionnaires, avons décidé de participer à la constitution d’une association d’utilisateurs et d’actionnaires pour construire un projet d’avenir pour Drouot.  Isabelle Bailly-Pommery Alexandre Giquello Pierre-Yves Lefèvre Jean-Jacques Mathias Dominique Ribeyre  Par ailleurs, afin de montrer leur volonté de travailler autrement à l’hôtel Drouot, dix sociétés volontaires de ventes (Baron Ribeyre & Associés, Beaussant Lefèvre, Binoche et Giquello, Farrando Lemoine, Ferri, Fraysse, Libert, Mathias, Morand et Piasa) ont décidé d’organiser, du 30 novembre au 3 décembre, une première série de ventes spécialisées de grande qualité, au premier étage de l’hôtel Drouot, à Paris.

Lettre écrite par:

Isabelle Bailly-Pommery, Alexandre Giquello, Pierre-Yves Lefèvre, Jean-Jacques Mathias, Dominique Ribeyre

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°336 du 3 décembre 2010, avec le titre suivant : Courrier

Tous les articles dans Opinion

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque