Vendredi 22 novembre 2019

Nouvelle mobilisation contre un projet de parc éolien dans la forêt de Lanouée en Bretagne

Par Alexandra Houël · lejournaldesarts.fr

Le 19 novembre 2013 - 482 mots

LES FORGES (MORBIHAN) [19.11.13] – Alors que le projet de parc éolien des « moulins du Lohan » est soumis à une enquête publique, des opposants enjoignent les autorités à délivrer un avis défavorable. Selon eux, les éoliennes porteraient atteinte au milieu naturel, ainsi qu’aux sites et monuments classés aux alentours.

L’impossible conciliation entre développement des énergies éoliennes et protection patrimoniale refait surface quelques jours après l’intervention de la directrice générale de l’UNESCO sur la question, dans une affaire qui touche cette fois la forêt de Lanouée en Bretagne.

Rachetée en 2007 par le groupe Louis-Dreyfus, la forêt de Lanouée doit devenir l’hôte en 2015 d’un parc de 16 à 17 éoliennes, dans le cadre d’un projet développé par « Les Moulins du Lohan », filiale de Ressources forestières, l’exploitant du groupe.

Au stade de l’enquête publique, qui prendra fin le 6 décembre 2013, ce projet est fortement contesté par les riverains et associations, dont la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF), qui a fait part des raisons de son indignation le 11 novembre 2013 et qui enjoint les autorités à s’opposer au développement du parc.

La forêt de Lanouée s’étend sur une superficie totale de 3 800 hectares, et est la deuxième zone de boisement en Bretagne après la forêt de Paimpont. S’il devait se faire, le parc éolien causerait la disparition d’un dixième de la population végétale de la forêt. La SPPEF fait valoir que le rapport d’échelle de 1 à 7 entre les machines d’une hauteur maximale de 186 m et les arbres « rend impossible toute intégration paysagère », et que leur introduction porterait atteinte au milieu naturel et à sa diversité faunistique.

L’association pointe également du doigt un projet développé dans le mépris du patrimoine bâti, ainsi que du patrimoine historique des communes aux alentours de Lanouée, de la Grée-Saint-Laurent, de Saint-Malo-des-Trois Fontaines, des Forges, et de Mohon. Le site classé du camp des Rouëts, où auraient résidé du VIIe au IXe siècle des rois de Bretagne, se trouverait à 500 mètres du futur parc éolien. De même, les machines domineraient à deux kilomètres de l’église Saint-Pierre de Lanouée, inscrite au titre des monuments historiques. Enfin, les éoliennes seraient érigées à 800 mètres de la Croix des prêtres, bâtie au XVe siècle, et également inscrite au titre des monuments historiques.

Si le feu vert était donné, les travaux de déforestation (pour le parc, et ses accès routiers) devraient débuter au printemps 2014, pour une livraison à la fin de l’année 2015. Avec une puissance de trois mégawatts pour chacune des éoliennes, elles devraient atteindre une puissance totale de 51 mégawatts, permettant de fournir en électricité l’équivalent de 50 000 personnes, et rapportant 500 000 euros d’impôts aux collectivités locales selon Ouest France. Ce parc deviendrait le plus puissant de Bretagne, dans une aire comprenant déjà 25 parcs (existants ou instruits).

Légende photo

Parc éoilen des Versennes à Noirterre - © Photo Moreau Jean-François - 2011 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque