Revue

« Neuf » : Delpire avant Delpire

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 23 novembre 2021 - 186 mots

Quand Robert Delpire, premier directeur artistique de L’Œil en 1955, crée Neuf en 1950, il n’a que 24 ans et étudie la médecine.
Il associe à cette aventure le critique d’art Michel Ragon et le graphiste Pierre Faucheux. Diffusée par la Maison de la médecine, la revue, dès son deuxième numéro, réserve une place marginale aux articles médicaux pour donner plus d’amplitude à la photographie et aux textes inédits d’écrivains. Monographie de Brassaï (n° 5), Robert Frank (n° 8) ou de dessins humoristiques signés de Mose, Chaval ou André François (n° 6 et n° 9) font figure alors d’entreprise audacieuse. Delpire fut peu disert sur ce qui préfigura à la création de sa maison d’édition. Présentée dans un coffret, la réédition en fac-similé des numéros de Neuf (9 au total) redonne vie à une revue d’avant-garde qui engendra des relations et des amitiés. Dans un cahier illustré, Michel Frizot débobine l’histoire jamais contée, tandis que la réédition de l’essai de Ragon, Expression et Non-Figuration, paru en 1951, exprime la position du critique d’art dans le débat sur la figuration et l’abstraction en peinture, vif dans l’après-guerre.
Delpire & Co, 826 p. 149 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°749 du 1 décembre 2021, avec le titre suivant : « Neuf » : Delpire avant Delpire

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque