Dimanche 23 février 2020

Musée des Tissus à Lyon : une nouvelle structure juridique annoncée

lejournaldesarts.fr

Le 25 janvier 2016 - 509 mots

LYON (AUVERGNE-RHÔNE-ALPES) [25.01.16] – Le préfet du Rhône a réuni le 22 janvier plusieurs acteurs locaux et nationaux pour étudier le devenir du Musée des Tissus. Si tous s’accordent pour créer une nouvelle structure juridique partenariale, aucun engagement financier n’a pour l’instant été évoqué.

C’était la réunion « de la dernière chance » : vendredi 22 janvier, le préfet du Rhône a réuni à Lyon les principaux acteurs intéressés à la survie du Musée des Tissus, propriété de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Lyon. Autour du préfet Michel Delpuech étaient représentés l’Etat (par l’intermédiaire de la Direction des musées du ministère de la Culture), la Drac, la Ville, la Métropole, la Région et le Syndicat du textile Unitex.

A l’issue d’une réunion de deux heures, Michel Delpuech s’est voulu optimiste, parlant de « nouvelle donne » nécessairement bâtie « sur des ambitions collectives ». Plus concrètement, le préfet a annoncé la création d’une structure juridique appelée à se substituer à la CCI, engageant partenaires publics et privés, « effective au 1er janvier 2017 ». Le préfet espère une signature collective « à l’horizon des trois mois ».

Le prochain rendez-vous se fera dans une quinzaine de jours, autour de Marie-Christine Labourdette, directrice des musées de France au ministère de la Culture, pour réfléchir à la gouvernance et inclure le Musée du Louvre, en tant que « partenaire scientifique ». Sur Twitter, la ministre de la Culture Fleur Pellerin s’est déclarée « satisfaite » de cette réunion, annonçant « un groupe de travail sur le projet scientifique et la forme juridique du Musée des Tissus que l’Etat accompagnera et appuiera ».

Si tous s’accordent pour dire que la collection du Musée des Tissus est exceptionnelle, le deuxième tour de table risque d’être moins consensuel. Dans la presse locale, Laurent Wauquiez, nouveau président de la Région, a déclaré vouloir faire « le premier pas pour sortir de ce jeu de chiens de faïence » et « tendre la main au maire de Lyon » pour sortir de l’impasse. De son coté, par voie de presse également, Grégoire Giraud, vice-président du Syndicat Unitex (qui coproduit actuellement une exposition au musée) a annoncé l’intention des syndicats de créer une fondation dédiée au musée en cas de reprise par les pouvoirs publics. Tous deux se gardant bien de préciser des montants éventuels.

Il faut maintenant convaincre la Ville de Lyon de participer financièrement au projet. Selon les estimations de Georges Képénékian, adjoint à la Culture, outre les 1,7 million d’euros annuels de fonctionnement nécessaires, il faudrait entre 20 et 25 millions d’euros pour des travaux et une scénographie nouvelle, alors que la Ville vient de diminuer son budget culturel de 7 millions d’euros.

Le Président de la CCI de Lyon, Emmanuel Umberton, a déclaré en décembre que si aucun accord n’était trouvé, il n’aurait d’autre choix que de fermer le musée en mars de cette année. Au delà des déclarations d’intention tombées en cascade le 22 janvier, les partenaires potentiels vont devoir agir dans un calendrier resserré pour trouver des solutions concrètes.

Légende photo

Cour intérieure du Musée des Tissus et des Arts décoratifs © Photo Aurelie Chaumat - 2005 - Photo sous Licence Domaine public via Wikimedia Commons

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque