Mona Lisa un homme ? Un chercheur tente de le démontrer, le Louvre conteste

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 4 février 2011 - 321 mots

ROME (ITALIE) [04.02.11] – Silvano Vinceti, président du Comité national pour la valorisation des biens culturels, affirme avoir identifié le modèle de Mona Lisa. Il s’agirait, selon lui, d’un jeune homme « muse » et amant de Léonard qui aurait également prêté ses traits à « Saint Jean-Baptiste ». Le musée du Louvre réfute cette nouvelle hypothèse.

Silvano Vinceti, président du Comité national pour la valorisation des biens historiques, affirme avoir percé un des plus grands secrets de l’histoire de l’art, l’identité de Mona Lisa. En décembre 2010 il annonçait avoir découvert un code secret peint sur les yeux du modèle. C’est grâce au décryptage de ce code qu’il pense avoir enfin réussi à identifier, avec certitude, le modèle représenté sur le tableau le plus célèbre de l’histoire de la peinture. Le détective controversé de l’histoire de l’art avance que le personnage représenté est un homme, Salai, un assistant de Léonard qui aurait été également sa « muse ».

D’après Vinceti, Salai, de son vrai nom Gian Giacomo Caprotti, aurait été non seulement un modèle pour l’artiste mais également son amant. Il aurait posé pour plusieurs tableaux dont le « Saint Jean Baptiste », tableau avec lequel Vinceti affirme avoir trouvé de grandes similitudes stylistiques, notamment dans le traitement du nez et de la bouche. Le chercheur s’appuie également sur le décryptage du « code secret », il affirme avoir découvert un L pour Léonard, sur l’œil gauche, et un S pour Salai, sur l’œil droit.

Cette nouvelle hypothèse, énième spéculation sur la Joconde, est contestée par le musée du Louvre, propriétaire du tableau. Interrogé par l'AFP, le musée assure que « le tableau a été soumis à toutes les analyses de laboratoire possibles en 2004 et en 2009. Aucune inscription (lettre ou chiffre) n'a été décelée lors de ces examens ». Le musée soutient que les éléments identifiés comme des lettres ne sont que des craquelures de la couche picturale.

Léonard de Vinci - La Joconde (circa 1503-1506) - Huile sur peuplier - 77 x 53 cm - Musée du Louvre - Source Wikimedia

Léonard de Vinci - Saint Jean Baptiste (circa 1513-1516) - Huile sur bois - 69 x 57 cm - Musée du Louvre - Source Wikimedia 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque