Mise en cause, la directrice du Stedelijk démissionne

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 19 octobre 2017 - 508 mots

AMSTERDAM (PAYS-BAS) [19.10.17] — Citée dans plusieurs enquêtes publiées par le « NRC Handelsblad », Beatrix Ruf a annoncé mardi quitter son poste de direction, qu'elle occupait depuis trois ans. Il lui est notamment reproché d’avoir des activités privées de conseils.

Beatrix Ruf dirigeait le musée d'Amsterdam aux côtés de Karin van Gilst depuis seulement 2014. Sa démission survient un peu moins de deux semaines après la publication de deux articles la mettant en cause ainsi que le musée dans le quotidien néerlandais NRC Handelsblad.

Le premier concerne une donation du collectionneur allemand Thomas Borgmann effectuée en 2016. Six cent œuvres rejoignaient les collections du musée et dix lui étaient prêtées à long terme. Dans le lot, le musée a acheté sept œuvres au collectionneur, six de l'Allemand Michael Krebber et une de l'Américain Matt Mullican, le tout pour 1,5 million d'euros. Selon le quotidien, ce prix semble surévalué en comparaison de la cote atteinte habituellement par ces deux artistes sur le marché de l'art. Par ailleurs, le musée s'engageait à verser 250 000 euros si la collection Borgmann n'était pas exposée au moins deux mois et si le musée ne produisait pas de catalogue. Ce à quoi le musée répondant dans le New York Times « tous les accords relatifs à la collection Borgmann ont été minutieusement examinés » et que « le processus dans son ensemble répond aux procédures habituelles répondant aux exigences de transparence. »

Quelques jours plus tard, un deuxième article paraît dans le même journal, mettant en cause directement Beatrix Ruf. Il lui reproche d'avoir touché plus de 437 000 euros en 2015 par l'intermédiaire de sa propre société d'expertise d'art Currentmatters. L'article souligne que l'activité que la directrice exerce en tant que consultante indépendante pour Currentmatters n'a pas été mentionnée dans le rapport annuel du musée précisant habituellement les activités extérieures de sa direction. Beatrix Ruf participait également aux activités de la maison d'édition du collectionneur suisse Michael Ringier et cette activité n'aurait pas non plus été signalée dans le rapport. Selon le musée, il s'agit seulement d'une erreur administrative.

Béatrice Ruf précise dans un communiqué officiel vouloir « placer les intérêts du Stedelijk en premier, au-dessus des siens propres. » Une commission extérieure a été dépêchée par le conseil d'administration du musée afin de mettre toute la lumière sur cette affaire. Béatrice Ruf a débuté sa carrière comme conservatrice du Kunstmuseum Thurgau (Warth, Suisse) puis elle a dirigé la Kunsthaus Glarus, de 1998 à 2001 avant de rejoindre la Kunsthalle de Zurich. Doté d'une extension moderne du musée, - « la baignoire » comme l'appelle lui-même l'architecte Mels Crouwel qui l'a conçue -, le Stedelijk Museum a rouvert en 2012, après neuf ans de travaux car il manquait de place pour accueillir sa collection, l'une des collections d'art moderne et contemporain les plus importantes d'Europe. Il abrite près de 90 000 œuvres et réunit des ensembles exceptionnels d'œuvres de Malevitch, Matisse ou de CoBrA. Voisin du Van Gogh Museum et du Rijksmuseum, le musée est situé sur le Museumplein, le cœur muséal d'Amsterdam.

Légende photo

Beatrix Ruf, co-directrice du Stedelijk Museum © photo Robin de Puy | Courtesy Stedelijk Museum à Amsterdam

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque