Mercredi 11 décembre 2019

Radio & télévision

Timide rentrée culturelle à la télévision

Par Sarah Belmont · lejournaldesarts.fr

Le 19 septembre 2017 - 792 mots

PARIS

PARIS [19.09.17] - Après une saison précédente marquée par plusieurs échecs - dont A vos pinceaux ! - les chaînes de télévision ont réduit leurs ambitions pour cette nouvelle année.

Sources de trop grandes déceptions en 2016-2017 (Pop Up !, A vos pinceaux ! animé par Fabrice Bousteau, Trésors volés...), la culture descend d’un cran sur le petit écran. Plutôt qu’innover, les chaînes généralistes s’arc-boutent sur des émissions qu’elles estiment plus sûres.

Créé en 2012, La Galerie France 5 (tous les dimanches à 9h25) est revenue le 10 septembre avec Alberto Giacometti - André Derain, la quête de l'absolu. De son côté, Claire Chazal reprend, malgré une deuxième saison en dents de scie (306 000 fidèles, soit 1,2 % de part d’audience), les rênes d’Entrée libre (du lundi au vendredi à 20h20, le dimanche à 8h25), à partir du 18 septembre.

Rien de nouveau, non plus, sous le soleil de France 3. Suivie par 2,6 millions de téléspectateurs chaque soir, la chaîne célébrera, en novembre, les vingt ans du magazine Des racines et des ailes, dans un numéro spécial dédié à la Grèce. France 2 a moins de raisons de se réjouir. Certes, d’Art d’art (tous les dimanches à 20h50) vient de fêter ses quinze ans, et le magazine Stupéfiant !, présenté par Léa Salamé, entame sa deuxième saison conforté par ses 536 000 téléspectateurs en moyenne (soit 5 % de part d’audience) avec des pointes à plus de 700 000. Pourtant la chaîne, qui stagne depuis septembre autour des 12,5 % de parts d’audience, a dû revoir entièrement sa grille, sacrifiant la culture sur l’autel de l’amour. Tel est le thème qu’aborde tous les jours Daphné Bürki dans Je t’aime etc. Une émission qui traite d'amour sous différents angles. Un thème a priori plus vendeur que le patrimoine - qu'abordait l'an passé Stéphane Bern dans la même tranche horaire - mais qui n'a pas attiré plus de téléspectateurs pour le moment. Ce qui devait améliorer la situation passe déjà pour une erreur stratégique : ce nouveau programme n’aurait réuni que 439 000 téléspectateurs (5,9 % des quatre ans et plus), alors que le lancement de Visites privées avec Stéphane Bern, l’an passé, en avait convaincu 483 000 (7,8% du public).

La même frilosité s’observe dans les chaînes privées. C8 n’a rien prévu pour remplacer Pop Up !. Lancé en octobre 2016, l’hebdomadaire d’Audrey Pulvar a brusquement été interrompu, en avril 2017. Curieusement, c’est après cette déprogrammation que l’audience de la chaîne généraliste a commencé à remonter après avoir chuté à 3 % de part d’audience en décembre dernier, son score le plus bas depuis depuis 2013. « On a voulu se faire plaisir, mais l’absence de culture classique a sûrement joué contre nous ». Or, au lieu de combler cette prétendue lacune en imaginant un nouveau concept autour du cinéma, de la peinture ou de la littérature, la direction a préféré miser sur les dessins animés. C’est ainsi que la chaîne C8 Cartoon est née, le 21 août.

Confortablement installée sur le trône de la « généraliste payante la plus regardée » (11,2 millions de téléspectateurs par mois), Paris Première se dispense de changements radicaux dans le domaine des arts. Elle accueillera seulement, dès le 25 septembre, On / Off, un cycle d’entretiens mensuels animés par Michel Denisot. Quant à Eric Naulleau, il conserve depuis 2010, sa place d’arbitre parmi les quatre chroniqueurs intermittents de Ca balance à Paris. Sans oublié J’ai un ticket, où India Weber partage en trois minutes ses idées de sorties culturelles.

Destinées à un public d’initiés, les chaînes spécialisées ont au contraire l’obligation de se renouveler. Pour ses vingt ans, Histoire ne pouvait recevoir plus beau cadeau qu’une hausse d’audience de 9 % lui permettant d’atteindre 2,6 millions de téléspectateurs par mois. C’est donc sans risque qu’elle inaugure de nouvelles séries, telles que « Secrets de musées », dont le prochain épisode – diffusé le 22 septembre - est consacré au Palais de Topkapi, à Istanbul. En octobre débutera « La saison Italienne » qui – comme son nom l’indique – fera la part belle aux artistes originaires de la péninsule.

Comme toujours, Arte fait sa rentrée avec une poignée de documentaires, en général des cinquante-deux minutes, reliés à l’actualité culturelle. Goscinny - Mon oncle d'Armorique, qui fait écho aux expositions de la Cinémathèque et du Musée d’art et d’histoire du judaïsme, ouvre le bal, dimanche 8 octobre à 18h00. Gauguin, je suis un sauvage (dimanche 29 octobre à 18h05) répond, lui, à la rétrospective qui ouvrira ses portes le 11 octobre au Grand Palais.

Dans ce paysage plutôt conservateur, la principale nouveauté vient du côté de Canal, distributeur unique de MUSEUM, une nouvelle chaîne payante dédiée à l’art que tous les amateurs attendent au tournant.

Légende photo

Une oeuvre de Nam June Paik (1932-2006) exposée au Today Art Museum à Pékin, 2014 © Photo Jeon Han - Licence CC BY-SA 2.0

Thématiques

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque