Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein : MLB, Plongée dans le sein maternel

L'ŒIL

Le 28 juillet 2008

Curieuse formule, de la part de l’auteur du Cuirassé Potempkine, que ces trois lettres, MLB, empruntées à la théorie du psychanalyste hongrois Sándor Ferenczi.

Fil conducteur de quatre textes inédits en français, le thème MutterLeiB (Versenkung), la « plongée dans le sein maternel », fait figure d’aveu lucide dans l’introspection menée par le cinéaste entre son infarctus, survenu en 1946, et sa mort en 1948. Comme dans ses Mémoires, rédigées à la même période, Eisenstein mêle ici l’analyse rétroactive de ses propres œuvres à des observations, brillantes, effectuées sur des œuvres littéraires (Dostoïevski) et picturales (Degas, notamment). Il y traque des schémas invariants de composition reproduisant un « comportement psychologique de l’homme », sa quête inlassable du retour à la quiétude de l’état fœtal, dont la société sans classes promise par le marxisme semble offrir un équivalent. Le mouvement régressif de la ligne circulaire ou spiralée, l’image du « vol plané », chère à l’iconographie chrétienne, sont l’objet d’une compréhension spécifiquement formelle du contenu sémantique des œuvres, même figuratives et narratives. La préface de Gérard Conio éclaire ces documents avec érudition et sensibilité. La collection « Arts et esthétique » édite aussi le recueil Où va le théâtre ?, sous la direction de Jean-Pierre Thibaudat.

Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein : MLB, Plongée dans le sein maternel, traduction et présentation par Gérard Conio, éd. Hoëbeke, coll. « Arts et esthétique », 93 p., ISBN 2-84230-073-4.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°506 du 1 mai 1999, avec le titre suivant : Sergueï Mikhaïlovitch Eisenstein : MLB, Plongée dans le sein maternel

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque