Vendredi 14 décembre 2018

Piranesi

L'ŒIL

Le 1 octobre 2000 - 258 mots

Qui ne connaît Giovanni Battista Piranesi, plus célèbre sous le nom de Piranèse ? Ses gravures de prisons cyclopéennes ont depuis longtemps fait le tour du monde et figurent en bonne place dans ce catalogue raisonné des eaux-fortes.

Pourtant celui que l’on considère comme l’un des plus grands aquafortistes et créateur de veduta du XVIIIe siècle avait d’autres ambitions. Architecte de formation, il rêvait de révolutionner le monde en inventant une Rome nouvelle où le fastueux passé antique dialoguerait avec une ville remodelée par la toute puissance d’une architecture prenant enfin en compte la dimension urbanistique et sociale de la ville. Hélas, de toutes ces utopies, il ne reste rien hormis d’incroyables séries de gravures. Piranèse n’a pratiquement jamais construit. Dès 1740, date de son arrivée dans la Ville éternelle, il commence à gagner sa vie en exploitant ses dons de graveur. Rapidement, il domine le marché des estampes. Les libraires romains lui passent alors commande de vues de la Rome moderne, mais surtout d’études de l’architecture antique alors fort appréciées des voyageurs érudits. L’actuel ouvrage des éditions Taschen propose l’intégralité de ses gravures et eaux-fortes. En près de 800 pages, on assiste à l’évolution de sa fascination pour l’antique. Chacune des séries est complétée d’une brève notice livrant toutes les informations nécessaires à sa bonne compréhension. D’une grande clarté, ce livre mérite indéniablement de figurer dans toute bonne bibliothèque même si la qualité de reproduction de certaines planches laisse parfois à désirer.

Luigi Ficacci, Piranesi, Catalogue Raisonné des eaux-fortes, éd. Taschen, 800 p., 210 F, ISBN 3-8228-6620-2.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°520 du 1 octobre 2000, avec le titre suivant : Piranesi

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque