Samedi 7 décembre 2019

Michel Crépu - « Le Souvenir du monde »

Portrait sans visage d’un anti-romantique

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 13 octobre 2011 - 152 mots

ESSAI. Le portrait photographique jamais réalisé de Chateaubriand est le point de départ de cette « expédition » biographique chez l’auteur des Mémoires d’outre-tombe.

Il est, dit Michel Crépu, la cause de l’oubli de ce « romantique anti-romantique ». « Ce qui nous manque ? écrit le directeur de la Revue des deux mondes, ce que Nadar a fait avec Baudelaire » : plusieurs portraits – un aurait suffit – qui auraient sorti le royaliste des chimères de l’histoire. Mais voilà, Chateaubriand, mort en 1848 – à l’âge de 80 ans – est déjà d’un autre temps. Balzac, présent à l’enterrement de son aîné et qui mourra deux ans après lui, l’avait-il pressenti en se faisant photographier la main sur le cœur par Bisson en 1842, mimant en cela le portrait qu’avait peint Girodet du vicomte en 1808 ?

Michel Crépu, Le Souvenir du monde

Essai sur Chateaubriand, Grasset, 228 p., 17,50 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°640 du 1 novembre 2011, avec le titre suivant : Michel Crépu - « Le Souvenir du monde »

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque