Mercredi 14 novembre 2018

Meubles et décors des années 60

L'ŒIL

Le 1 décembre 2003 - 427 mots

Anne Bony aura bientôt revisité toute l’histoire des arts plastiques du XXe siècle. Son dernier livre est consacré aux mobiliers et aux décors des années 1960. Comme pour les autres décennies, elle dresse un panorama de l’actualité artistique avec des portraits détaillés des personnalités marquantes.
Pour Anne Bony, les années 1960 sont avant tout celles de la société de consommation qui explose avec les enfants du baby-boom. Épris de loisir et de liberté, cette génération trouve dans le design, devenu bon marché grâce aux distributeurs comme Prisunic, une identité forte. Le design triomphe et voit les efforts menés par les pionniers de l’entre-deux-guerres récompensés avec la diffusion de meubles et d’objets de grande série. Le mobilier rationnel et élégant mais teinté d’une touche artisanale des Scandinaves, qui avaient séduit la décennie précédente, cède la place aux Italiens qui proposent un mobilier en plastique, coloré et ludique.
La Triennale de Milan devient l’événement majeur de la création contemporaine et impose ses créateurs : Gae Aulenti, Marco Zanuso, Ettore Sottsass, Joe Colombo. Dans les autres pays, le renouvellement des artistes sera plus laborieux mais il se dégage des personnalités fortes comme Pierre Paulin et Olivier Mourgue en France, Verner Panton ou Nanna Ditzel en Scandinavie, Terence Conran et Robin Day en Grande-Bretagne.
L’autre phénomène marquant de cette décennie est la remise en question des concepts du design.
En Italie, Ettore Sottsass et le groupe Archizoom développent ce que l’on appellera l’anti-design et renouent avec l’ornement et une production artisanale. Ce revirement touche également la France à l’instigation de François Mathey, directeur du musée des Arts décoratifs, qui invite des artistes reconnus à concevoir des objets en rupture totale avec l’esthétique industrielle. C’est dans ce cadre que Bernard Rancillac dessine sa Bergère éléphant en polyester moulé, pieds en tube métallique, qu’Arman présente son fauteuil Spirale en acier et cuir ou encore que Martine Boileau propose sa Table du dimanche.
Créé en 1969 par François Arnal, l’atelier A (cf L’Œil n° 551) suivra cette tendance et invitera des artistes à éditer des meubles et des objets à contre-courant du design bon ton.
Dans le domaine des arts décoratifs, les années 1960 auront été celles des excès et de l’exubérance mais aussi d’une prise de conscience de la société de consommation face aux tensions sociales et politiques de la fin de la décennie. La crise pétrolière des années 1970 marquera le pas du « tout plastique » au profit d’un retour au rationalisme et à la contingence.

Anne Bony, Meubles et décors des années 60, éd. du Regard, 2003, 226 p., 65 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°553 du 1 décembre 2003, avec le titre suivant : Meubles et décors des années 60

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque