Les plasticiens au secours du sens architectural critique

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 29 octobre 2009

Cent trente artistes et collectifs d’artistes présentés avec, pour chacun d’eux, une image souvent pleine page et quelques lignes d’explication : sous sa couverture d’un jaune attrayant, ce livre provoque une immédiate envie de s’amuser et, d’abord, de jouer à reconnaître les artistes au regard de leurs « villes imaginaires et constructions fictives ».

Une installation de quatre-vingt-dix enceintes évoquant Manhattan et feu ses Twin Towers ? Mounir Fatmi ! Une rue d’une favela au Brésil comme revisitée (au Photoshop) par Piano et O. Gehry ? Heu… Dionisio González ! Ensuite, on part à la recherche des absents qui, comme Alain Bublex et Gordon Matta-Clark, travaillent sur la ville et sont pourtant oubliés dans ce livre.
Mais voilà, à force d’amusement, le lecteur finit par entrer dans l’espace du livre et par mesurer l’apport de l’art sur notre environnement construit. En matière d’architecture, les plasticiens ont aussi leur mot à dire, à commencer par éduquer nos sens critique et esthétique. Jordi Colomer et ses maquettes qu’il brandit dans l’espace public, ou Paul Hollingworth et ses architectures « lego » (couverture) ne cherchent pas autre chose.

Sous la dir. de R. Klanten et L. Feiress, Villes imaginaires et constructions fictives, Thames & Hudson, 212 p., 45 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°618 du 1 novembre 2009, avec le titre suivant : Les plasticiens au secours du sens architectural critique

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque