Mercredi 17 octobre 2018

L’art européen entre le maniérisme et le néoclassicisme

Par Julien Tribut · L'ŒIL

Le 1 décembre 2005 - 215 mots

Le baroque a toujours posé des problèmes de définition aux historiens. Si un consensus se dégage pour rattacher le baroque au mouvement de la Contre-Réforme catholique, et le définir par un style exalté et théâtral, les auteurs ont en général tendance à qualifier de baroque tout ce qui va de la fin du XVIIe siècle au milieu du XVIIIe siècle.
Cette traduction d’un ouvrage allemand n’échappe pas à la règle. D’autant qu’ayant pris le parti d’un découpage par discipline, elle met indirectement en évidence les différences stylistiques entre la profusion de la basilique Saint-Pierre à Rome et le classicisme de la façade est du Louvre. Ou entre les envolées d’un Simon Vouet et le réalisme de Rembrandt.
En oubliant le titre de l’ouvrage, on a entre les mains une véritable encyclopédie sur l’art européen entre le maniérisme et le néoclassicisme. Mais amateurs de beaux livres faits de photos légendées, abstenez-vous. Si les illustrations sont nombreuses et en général de qualité, le texte est copieux, très copieux. Les auteurs mettent une attention toute germanique à préciser le contexte historique, la biographie des artistes, les sources, la description des œuvres. À lui seul l’ouvrage en remplace dix autres pour un prix raisonnable.

Rolf Toman, L’Art baroque, 500 p., plus de 500 ill., éditions Place des Victoires, 40 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°575 du 1 décembre 2005, avec le titre suivant : L’art européen entre le maniérisme et le néoclassicisme

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque