L’Affaire Raphaël

L'ŒIL

Le 28 janvier 2008

Le vrai doit-il toujours être préféré au faux ? Dans le domaine de l’art, rien n’est moins sûr, d’autant que les distinguer relève parfois de la gageure. C’est ce défi qui plongera les très attachants protagonistes du roman policier de Iain Pears (le 1er d’une série de 6) dans une profonde perplexité. Les voici donc réunis – le général italien chevronné, amoureux des œuvres d’art qu’il retrouve jusqu’à les mettre au mur de son bureau, la très brillante enquêteuse qui l’assiste et l’historien d’art anglais qui collectionne les gaffes – évoluant entre des statuettes étrusques datées de 1920 et plus belles que les authentiques, des icônes copiées avec plus d’âme que les originelles, et un vrai-faux portrait de Raphaël, caché, retrouvé et perdu, qui ne livrera pas facilement son secret. A quoi il faut ajouter quelques marchands roublards et des conservateurs hypocrites, à moins que cela ne soit l’inverse. Autant d’énigmes qui entraînent le lecteur de Rome à Londres via la Toscane sur un rythme soutenu par un humour décapant.

Iain Pears, L’Affaire Raphaël, éd. 10/18, collection Grands Détectives.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°538 du 1 juillet 2002, avec le titre suivant : L’Affaire Raphaël

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque