Jeudi 13 décembre 2018

La vie et l’œuvre d’Aleijadinho, le « petit estropié »

L'ŒIL

Le 1 avril 2006 - 152 mots

Né en 1738 à Ouro Preto dans les terres minières du Brésil, Antônio Francisco Lisboa, dit l’Aleijadinho, est le fils naturel d’un architecte portugais et de son esclave africaine. Il est ce qu’on appelle un mulâtre.
À 40 ans, il est atteint d’une maladie dégénérative qu’on pense aujourd’hui être la lèpre, et il perd l’usage de ses mains et sa mobilité.
Ce mal infâme ne l’empêchera pas de construire un des plus beaux chefs-d’œuvre du baroque du Brésil colonial, à savoir le sanctuaire de Congonhas do Campo non loin de sa ville natale.
Malheureusement peu connu des amateurs européens, l’Aleijadinho est un habile sculpteur du XVIIIe siècle dont le courage et la dévotion à son œuvre sont légendaires en son pays. Cet ouvrage le ramène à la juste reconnaissance qui lui est due.

Patrick Straumann, photographies de Ferrante Ferranti, L’Aleijadinho « le lépreux constructeur de cathédrales », Chandeigne, 2005, 169 p., 27,50 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°579 du 1 avril 2006, avec le titre suivant : La vie et l’œuvre d’Aleijadinho, le « petit estropié »

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque