Jeudi 13 décembre 2018

La vache qui rit et bien plus encore

L'ŒIL

Le 29 octobre 2009 - 114 mots

Pourquoi « la vache qui rit » ?

Parce que Benjamin Rabier (1864-1939) l’a dessinée pour la première fois sur les camions de ravitaillement des troupes françaises pendant la Première Guerre mondiale en créant une vache déguisée en walkyrie, la « Wachkyrie ». Ce n’est pas la seule chose que cet ouvrage nous apprend. Rabier, dessinateur pour enfants, fut aussi caricaturiste, humoriste, publicitaire, affichiste et cinéaste d’animation avant-gardiste. Ce catalogue d’exposition, fruit d’un travail de passionnés et généreusement illustré, offre l’occasion de (re)découvrir l’œuvre du père de Gédéon, le canard jaune au long cou redresseur de torts.

Christophe Vital (dir.), Benjamin Rabier, Gédéon, la vache qui rit et Cie, Somogy, 314 p., 37 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°618 du 1 novembre 2009, avec le titre suivant : La vache qui rit et bien plus encore

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque