Mercredi 19 janvier 2022

Hugo et Lévêque : le sombre héros et le héros qui sombre

L'ŒIL

Le 18 mai 2012 - 449 mots

L’exposition « Les Arcs-en-ciel du noir : Victor Hugo », à la Maison Victor-Hugo à Paris, « regroupe quatre-vingts dessins, estampes, photographies, objets, livres et manuscrits » [jusqu’au 19 août 2012].

N’espérez pas voir reproduits dans le catalogue qui l’accompagne ces dessins, « parmi les plus beaux et très rarement exposés », annonce le communiqué de l’exposition, l’ouvrage n’en recèle qu’un très petit nombre. Ils ne servent, à vrai dire, que d’illustration à l’essai d’Annie Le Brun sur le noir, l’obscur et le sombre dans l’œuvre de Victor Hugo
[Les Arcs-en-ciel du noir : Victor Hugo, Gallimard, 141 p., 19 €]. La part belle est donc donnée à l’analyse de l’univers intime et littéraire de l’écrivain. À quelques reprises seulement sont évoqués les dessins : « On a dit et redit… l’empathie grandissante qui [se] manifeste [dans les images] jusque dans l’invention de techniques d’éclaboussement, de dilution ou au contraire de saturation… » Très vite, l’étude de l’œuvre littéraire et de la vie du poète se révèle passionnante. Malgré une humeur sombre, « d’innombrables piqûres de lumière rendent plus noire l’obscurité sans fond. Escarboucles, scintillations, astres, présences constatées dans l’ignoré ; défis effrayants d’aller toucher à ces clartés », une vénération pour Shakespeare qui déclarait : « L’homme qui ne médite pas vit dans l’aveuglement, l’homme qui médite vit dans l’obscurité. Nous n’avons que le choix
du noir. » Victor Hugo ne nie pas pour autant « les mystérieux soleils de l’intérieur », lui qui écrit le 27 août 1833 : « Je ne vis que par le cœur. » Et si Annie Le Brun déplore que Victor Hugo soit exclu de la modernité, il en a été le précurseur à bien des égards. Telle son « œuvre totale » à Hauteville House : « Victor Hugo ne laisse rentrer aucun meuble sans qu’il ne soit démantelé pour être aussitôt intégré dans un nouveau meuble dessiné par lui. » La construction n’est pas sans rappeler
le Merzbau que Kurt Schwitters créera chez lui près de soixante-dix ans plus tard en amalgamant des objets de toute sorte dans un chaos peuplé de clins d’œil. Après avoir exploré l’intime de Victor Hugo, passer à celui tout aussi sombre de Claude Lévêque, dans un livre d’images cette fois, est un supplice : Nevers Let Love in (Éditions Dilecta, 264 p.). Non seulement les œuvres-témoignages sont rêches et ennuyeuses, mais la mise en page est la négation absolue de l’inventivité. Les citations de Nietzsche et de Baudelaire, entre autres, ne suffisent pas à racheter le propos pauvre de l’artiste. On en finirait presque par être réactionnaire et par crier au scandale quand un pareil livre « d’art » coûte 28 €. Never(s) again...

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°647 du 1 juin 2012, avec le titre suivant : Hugo et Lévêque : le sombre héros et le héros qui sombre

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque