Jeudi 13 décembre 2018

Gauguin et la Bibliothèque verte

Par Julien Tribut · L'ŒIL

Le 27 septembre 2007 - 131 mots

En cet été 1886, Pont-Aven est devenu depuis quelque temps un lieu de travail pour de nombreux artistes, dont Paul Gauguin qui y fait son premier séjour. Une jeune femme, mi-modèle, mi-prostituée, est retrouvée morte. On s’attend alors à ce que la colonie d’artistes serve de trame à l’intrigue.
Un « pol’art » comme il s’en fait plein aujourd’hui, qui mêle policier et milieu de l’art. Mais l’auteur préfère nous décrire les bonnes et mauvaises fortunes de la famille de Rosmadec, des châtelains locaux dont la petite-fille Clémence, elle-même artiste et jeune femme libérée, a décidé de mener l’enquête. Soit. Le tout est écrit dans le style délicieusement mièvre des Malheurs de Sophie qui destine l’ouvrage uniquement aux préados.

Yves Josso, Été meurtrier à Pont-Aven, 10/18, collection Grands Détectives, 416 p., 7,80 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°595 du 1 octobre 2007, avec le titre suivant : Gauguin et la Bibliothèque verte

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque