Dimanche 15 décembre 2019

Roman

Falaise des fous

L'ŒIL

Le 22 février 2018 - 180 mots

Si le luxe des grands érudits est de peindre avec le cœur, c’est qu’il témoigne qu’un exceptionnel savoir est avant tout le fruit d’une exceptionnelle capacité à vivre.
Avec Falaise des fous, Patrick Grainville dresse une fresque romanesque qui embrasse d’une écriture fougueuse et passionnée soixante ans de destin des falaises normandes livrées à la houle caractérielle et au grain de génie des fous créateurs de la Belle Époque. Les moments de vie intimes des impressionnistes se croisent et s’entremêlent, aux prises avec les conditions de mise en œuvre de leur art, les enthousiasmes de leur temps, les figures romancières, les grandes prouesses techniques, et leurs récurrentes chamailleries teintées de profondes admirations réciproques. On ne peut s’empêcher, à la lecture de cette évocation haute en couleur d’une époque charnière aussi vive et riche, d’y déchiffrer une interrogation en creux sur l’époque actuelle tout aussi charnière et porteuse de doutes et de promesses, et sur la place qu’elle dédie aujourd’hui aux grandes figures artistiques dans notre temps. C’est l’apanage des classiques.

Patrick Grainville,
Falaise des fous,
Seuil, 656 p., 22 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°710 du 1 mars 2018, avec le titre suivant : Falaise des fous

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque