Samedi 5 décembre 2020

Éric de Chassey, Pour l’histoire de l’art

Le discours amoureux d’un historien de l’art

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 20 avril 2011 - 221 mots

ESSAI. Arrivé à mi-parcours de son (premier ?) mandat de trois ans à la tête de la Villa Médicis, Académie de France à Rome, Éric de Chassey publie un plaidoyer en faveur de la matière qu’il enseigne à l’université de Tours.

Pour l’histoire de l’art est une réflexion libre sur cette discipline qui, apparue en France dans la seconde moitié du XIXe siècle, peine toujours à trouver sa place parmi les sciences humaines. Et pourtant, se permet l’historien : « L’histoire de l’art n’est pas [celle] du fromage. » Ses « objets » d’étude sont culturels et « vivants », capables d’effets émotionnels. À charge pour l’historien d’en comprendre la chaîne des réceptions passées, présentes et futures.

Pour l’érudit, « le savoir ne contredit pas l’émotion » ; manière de répondre à ceux qui ne croient qu’en la vérité de l’émoi. Manière aussi de rappeler, au moment où l’histoire de l’art  est ajoutée aux programmes scolaires, que celle-ci devrait être enseignée par des spécialistes, et de se risquer à quelques propositions. Le plaidoyer n’est pourtant pas aveugle, l’auteur égratigne Francastel et Chastel qui ont empêché toute existence, en dehors d’eux, de personnalités françaises à l’étranger. Un vide que Chassey, comme d’autres historiens de sa génération, tente aujourd’hui d’occuper.

Éric de Chassey, Pour l’histoire de l’art, Actes Sud, 130 p., 18 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°635 du 1 mai 2011, avec le titre suivant : Éric de Chassey, <em>Pour l’histoire de l’art</em>

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque