En Bref : Le livre d'art broie du noir ; Stämpfli et ses empreintes de pneu ; Un usuel Kandinsky

Par Julien Tribut · Le Journal des Arts

Le 25 mai 2016

Le livre d’art broie du noir
Selon l’enquête annuelle GFK-Livre Hebdo, le chiffre d’affaires des livres d’art (estimé à 61 millions d’euros) a baissé en valeur de près de 10 % et en volume de 12 %. Paradoxalement les nouveautés n’ont jamais été aussi nombreuses avec 5 913 titres, en hausse de 6,5 %. Un nouveau livre d’art sur trois relève de la peinture, des arts graphiques ou du dessin. Le groupe Madrigal (Flammarion, Gallimard, Alternatives) détient 9,4 % du marché, suivi de Hachette livre (Hazan, Chêne, Larousse) avec 8,2 % et de Taschen (7,4 %). Le top 5 des ventes d’avril 2015 à mars 2016 est constitué d’Élisabeth Louise Vigée Le Brun (RMN), Les couleurs expliquées en images (Seuil), Street-Art, poésie urbaine (Tana), Jean Paul Gaultier au Grand Palais (RMN), Pierre Bonnard (Hazan).
J.-C.C.
 www.livreshebdo.fr

Stämpfli et ses empreintes de pneu
À l’instar d’un Claude Viallat avec ses osselets, Peter Stämpfli fait partie de ces artistes dont l’œuvre reprend inlassablement le même motif, en l’occurrence les pneus et empreintes de pneu. Mais à l’inverse de Viallat, le peintre suisse (né en 1937) zoome progressivement sur son sujet au point de confiner à l’abstraction géométrique. L’ouvrage, signé Daniel Abadie, appartient à la catégorie des monographies « hommage », avec deux ou trois textes d’accompagnement très révérencieux qui servent de préambule à un catalogue de reproductions en grand format et une biographie qui occupe un bon quart de l’ouvrage.
J. T.
Daniel Abadie, L’œuvre de Peter Stämpfli, Hazan, 332 pages, 39 €.

Un usuel Kandinsky
Cette nouvelle monographie sur Kandinsky relève de la catégorie « beau livre ». Rédigée par un spécialiste du peintre, Philippe Sers, qui a eu accès aux archives personnelles de l’artiste décédé en France en 1944, elle déroule chronologiquement sa vie et son œuvre de manière factuelle, avec de nombreuses photos d’époque et un répertoire d’images de qualités. Un ouvrage de base pour une bibliothèque d’histoire de l’art, nonobstant son prix un peu élevé.
J. T.
Philippe Sers, Kandinsky, Hazan, 330 P., 65 €.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°458 du 27 mai 2016, avec le titre suivant : En Bref : Le livre d'art broie du noir ; Stämpfli et ses empreintes de pneu ; Un usuel Kandinsky

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque