Mercredi 11 décembre 2019

Didier Poupard, « Jonvelle, les cent plus belles photos »

L'ŒIL

Le 17 novembre 2011 - 199 mots

PHOTOGRAPHIE. Photographie de charme ou charme de la photographie ? Au risque de faire rougir le Père Noël, ce livre des clichés de Jean-François Jonvelle – la campagne de publicité « Demain, j’enlève le bas », en 1981, c’était lui – a bien toute sa place au pied du sapin. Dans cette succession de cent photos de nu, entre charme et portrait, la magie opère. Pas tout le temps il est vrai, mais souvent. Reproduire une seule photographie aurait été vulgaire ; en reproduire cent dévoile le regard d’un photographe impeccable fauché par la mort en 2002, peu avant ses 60 ans. « […] Ces seins entrevus, ces pieds cambrés, ces dos immaculés, cette solitude sensuelle […], toutes ces belles qui s’en fichent ne sont rien d’autre que des portes entrebâillées sur la vie éternelle », écrit son ami Frédéric Beigbeder dans une préface malheureusement aussi peu indispensable au livre qu’un peignoir sur le dos des jeunes femmes. Mais tant pis pour la préface : le livre est beau, l’impression parfaite. Un présent qui ne manquera pas de charme…

Jonvelle, les cent plus belles photos, sous la dir. de Didier Poupard, Gourcuff Gradenigo, 208 p., 100 ill., 39 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°641 du 1 décembre 2011, avec le titre suivant : Didier Poupard, « Jonvelle, les cent plus belles photos »

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque