"Dictionnaire d’histoire de l’art du Moyen Âge occidental"

Mille ans d’art recensés en mille notices

Par Jean-Christophe Castelain · L'ŒIL

Le 23 février 2009

L’art médiéval, au sens de la prise de conscience de son originalité stylistique, est une invention du XVIIIe et du XIXe siècle.

À l’inverse, par exemple, de l’art de la Renaissance qui était largement commenté et analysé par les lettrés de l’époque, dont Vasari.
Excepté pour les chercheurs, pour qui c’est un outil pratique, un dictionnaire se prête naturellement à une lecture vagabonde. Alerté par ce qui vient d’être dit sur l’historiographie, le lecteur organisé se précipitera donc sur les notices Roman et Gothique pour mieux comprendre les deux versants de l’art du Moyen Âge. Il y lira que le mot roman a été inventé en 1818. Sa fortune vient de ce qu’il définit un ensemble homogène de caractères architecturaux (voûte, arc) issu de l’Antiquité gréco-romaine et qu’il évoque bien sa source.
En revanche le mot gothique repose, dans son acception initiale, sur un contresens : les humanistes italiens l’ont créé au xve siècle pour désigner l’art barbare de la période qui sépare l’Antiquité de la Renaissance. Une période qui s’étend sur près de mille ans et qui sort lentement de la gangue obscure dans laquelle elle est longtemps restée. Les villes, l’architecture, le religieux, les rois, les artistes sont ainsi analysés à travers le prisme du Moyen Âge occidental.

Un livre pour spécialiste
L’histoire de l’art est une science encore relativement jeune, et l’art médiéval en tant qu’objet de recherche l’est tout autant. Le dictionnaire accorde ainsi beaucoup d’importance à l’historiographie, ce qui n’en facilite pas toujours la lecture. Tandis que les grands maîtres de la discipline que sont Focillon, Gombrich ou Courajod bénéficient d’une notice spécifique, saint François d’Assise n’en dispose pas. Mais il s’agit, rappelons-le, d’un dictionnaire d’histoire de l’art et non pas d’histoire.
Le collectif de quatre-vingts auteurs, dirigé par Pascale Charron et Jean-Marie Guillouët, fleure bon l’Université avec sa précision méticuleuse et sa volonté de tout dire sur un thème en peu de mots conférant parfois aux mille notices une certaine aridité. Des illustrations seraient bienvenues, mais le format de l’ouvrage bien pratique de la collection « Bouquins » ne le permet pas. Un livre remarquable d’érudition réactualisée, qui s’adresse d’abord aux spécialistes.

Sous la direction de Pascale Charron et Jean-Marie Guillouët, Dictionnaire d’histoire de l’art du Moyen Âge occidental, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1 184 p., 35 euros.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°611 du 1 mars 2009, avec le titre suivant : "Dictionnaire d’histoire de l’art du Moyen Âge occidental"

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque