Samedi 19 septembre 2020

Délit de Boschmania

Par Isabelle Manca · L'ŒIL

Le 28 septembre 2016 - 214 mots

CINÉMA - Dans le palmarès des tableaux les plus commentés, Le Jardin des délices de Jérôme Bosch figure en bonne position. Le chef-d’œuvre fourmillant de détails oniriques et inquiétants fascine depuis sa création vers 1500.

Les interprétations du triptyque sont légion et parfois contradictoires. Pour percer les mystères de cette peinture et de son auteur, José Luis López-Linares a convié un aréopage de spécialistes, mais aussi, c’est la singularité du documentaire, de personnalités provenant d’autres horizons. Écrivains, artistes ou encore philosophes partagent leur vision de Bosch. Si sur le papier le projet est sympathique, sa mise en œuvre s’avère un peu vaine. Le film lance en effet plus de questions qu’il n’apporte de réponses, et les historiens sont sous-employés pour laisser la place aux personnalités, jugées sans doute plus glamours pour le grand public. Résultat, nos experts d’un jour livrent, dans l’ensemble, des platitudes qui laissent pantois. Le tout scandé d’effets de manche répétitifs. Les interventions sont ainsi copieusement entrecoupées de télescopages visuels et musicaux souvent agaçants. À partir de détails du tableau, on digresse vers des zooms mystiques sur la flore sur fond de musique classique tonitruante, et même sur un collage mettant en pendant Woodstock et Bosch.

Le Mystère Jérôme Bosch

film de José Luis López-Linares, 84 min, sortie le 26 octobre 2016.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°694 du 1 octobre 2016, avec le titre suivant : Délit de Boschmania

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque