Lundi 10 décembre 2018

Constant, l’atelier d’Amsterdam

L'ŒIL

Le 1 mai 2000 - 110 mots

Après Les trois espaces, Les Aquarelles et New Babylon, voici le troisième ouvrage que Jean-Clarence Lambert consacre à Constant, l’un des principaux membres du groupe Cobra. Ici Constant prend date une nouvelle fois pour dénoncer l’anti-art qui pour lui n’est ni plus ni moins que « la version moderne de l’iconoclasme ».  En effet, aujourd’hui Constant défend la peinture, la création individuelle et la tradition des grands maîtres. Est-ce là une autre facette parmi les rebondissements et les changements de cap de sa carrière ou tout simplement l’aboutissement de celle-ci après des années de recherches et d’expérimentations ?

J.-C. Lambert, Constant, éd. Cercle d’art, 191 p., 590 F, ISBN 2-7022-0468-6.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°516 du 1 mai 2000, avec le titre suivant : Constant, l’atelier d’Amsterdam

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque