Christophe Mory, Ernst Beyeler. La passion de l'art

Les dernières confidences d’Ernst Beyeler

L'ŒIL

Le 21 juin 2010

Entretiens. « Qui sait aujourd’hui si mes sculptures vaudront 50 000 francs suisses après cinquante ans ? », demanda un jour Alberto Giacometti au marchand d’art Ernst Beyeler.

En février dernier son Homme qui marche I s’est envolé pour 74,3 millions d’euros chez Sotheby’s.  Cette édition revue et corrigée du livre d’entretiens de l’écrivain Christophe Mory avec le marchand d’art et collectionneur suisse Ernst Beyeler – décédé le 25 février 2010 – est pleine de ces anecdotes.

Le livre dévoile la carrière et le savoir-faire de celui qui fut un des plus grands marchands du xxe siècle. Il réalise son premier coup de maître à 28 ans avec l’acquisition de la plus grande collection d’œuvres de Paul Klee (dont quelques pièces sont présentées au musée de l’Orangerie à Paris, jusqu’au 19 juillet).  Histoires, portraits et souvenirs de rencontres avec les plus grands – Picasso, Rothko, Leo Castelli… – se mêlent et sont racontés avec une modestie et une élégance qui caractérisent le marchand, collectionneur et créateur de la célèbre fondation en Suisse qui porte son nom.

Ernst Beyeler, Christophe Mory, La Passion de l’art. Entretiens avec Christophe Mory, Gallimard, 192 p., 22 e.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°626 du 1 juillet 2010, avec le titre suivant : Christophe Mory, <i>Ernst Beyeler. La passion de l'art</i>

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque