Mercredi 21 février 2018

Capitaine Peter et Catherine Moore, Flagrant DalÁ­

DalÁ­ à la plage

L'ŒIL

Le 21 juin 2010

MEMOIRES - Côtoyer quotidiennement Salvador DalÁ­ pendant plus de vingt ans, cela doit bien valoir son pesant d’histoires extravagantes à révéler.

Les souvenirs inédits de feu le capitaine Moore publiés par sa femme Catherine, homme de confiance de l’excentrique artiste espagnol, du milieu des années 1950 à la fin des années 1970, viennent ainsi compléter la longue liste des témoignages sur Dalí.

Le lecteur tient entre les mains un recueil d’anecdotes dont le titre, Flagrant Dalí, est particulièrement bien choisi. Dalí semble y être constamment pris sur le fait. Les chapitres sont donc très courts et présentés comme des fables : « Dalí et le Polaroïd », « Dalí en taxi », « Dalí à la banque ». Le dandy à la moustache recourbée, qui a le don de se trouver dans des situations burlesques, s’en tire toujours par une pirouette digne de sa légendaire loufoquerie. Que va-t-il inventer lorsque, invité au grand prix de l’Élégance, il s’aperçoit au dernier moment que son pantalon est troué ?

La première rencontre entre le capitaine Moore et Salvador Dalí pose d’emblée le personnage qui parle de lui à la troisième personne et répond à l’impudent qui ne l’a pas reconnu : « Dalí est peintre ! Le meilleur ! ». Loin d’adopter un style hagiographique, l’auteur n’oublie pas les autres facettes de l’artiste : Dalí sérieux, Dalí odieux, Dalí exhibitionniste et Dalí « Avida Dollars », le fameux anagramme inventé par le poète André Breton.

Capitaine Peter et Catherine Moore, Flagrant DalÁ­, Bernard Grasset, 287 p., 19 e.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°626 du 1 juillet 2010, avec le titre suivant : Capitaine Peter et Catherine Moore, <i>Flagrant DalÁ­</i>

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque