Autodafé personnel

Par James Benoit · L'ŒIL

Le 27 juin 2016

Récit Il faut lire Philippe Adam avant qu’il parte en fumée. Avec son Autoportrait en cendres, en quelque soixante pages d’un récit composé à partir de l’installation Laptop Fire d’Olivier Vadrot, il livre son propre autodafé. Installé autour d’un foyer froid auquel l’œuvre laisse sa place centrale, il nourrit l’incendie des éléments de sa jeunesse, de ce qu’elle n’a jamais été. Et l’on se prend d’envie de se mettre à nu, de danser et chanter avec lui son désenchantement. Le temps a passé. Une vie à moitié. Il rêve encore de la flamme. Celle qui ne renoncerait jamais à la morsure. Celle qui saurait même incarner, presque en chair et en os, le désir d’un éternel recommencement. Alors, il faudra le relire.

Philippe Adam, Autoportrait en cendres

éditions Confluences, Frac Aquitaine, 75 p., 10 €.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°692 du 1 juillet 2016, avec le titre suivant : Autodafé personnel

Tous les articles dans Médias

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque