Maurice Matieu, un mathématicien devenu peintre

Par Colin Cyvoct · lejournaldesarts.fr

Le 11 février 2008 - 204 mots

Artiste atypique, Maurice Matieu, né à Paris en 1934, mathématicien enseignant à la faculté, commence à peindre en 1957. Il expose en 1965 à la galerie Maeght qui lui achète tous ses tableaux. Mais il se retrouve rapidement hors du circuit des galeries.

Il lui insupporte que son travail puisse devenir un objet de spéculation. « Puritain de gauche », seul lui importe véritablement de poursuivre sa recherche : interroger un espace, celui de la surface de la toile, sans le dissocier de l’espace social, de l’espace politique. Toujours les deux mêmes questions : «  qu’est ce qu’un homme ? » et «  qu’est ce que c’est que d’être un homme ? » président à son travail de peintre. Sans doute est-ce pour cela que ses amis philosophes - tous ses amis sont philosophes – ont su écrire des textes au plus prêt de l’humanité de cet esprit si rigoureux. . L’ouvrage «  Posthume sur mesure », riche d’une centaine de reproductions d’œuvres de Matieu, réuni un entretien du peintre avec Stéphane Douailler et des textes de Barbara Cassin, Juliette Simont, Alain Badiou, Abdelwahab Meddeb, Jacques Rancière, Philippe Sergeant, Pierre Verstraeten, et Joan Borrell.

Maurice Matieu, Posthume sur mesure, Editions du Regard, Paris, 2007

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque