Lundi 17 décembre 2018

Masques Hopi : une vente houleuse à Drouot

Par Sarah Barry · lejournaldesarts.fr

Le 12 avril 2013 - 525 mots

PARIS [12.04.13] – Après la décision de la justice française de maintenir la vente des masques de la tribu amérindienne hopi par la maison Néret-Minet Tessier & Sarrou, les enchères se sont déroulées dans une ambiance électrique à l’hôtel Drouot ce vendredi 12 avril 2013. La quasi-totalité des 70 objets ont été vendus pour un total de 752 000 euros (hors frais).

« Des ventes comme ça, il n’y en aura pas tous les jours, vu les embarras que ça provoque », ironise Me Néret-Minet devant les enchérisseurs de la salle 7 de l’hôtel Drouot. Les requêtes lancées par la tribu Hopi et par deux musées américains, n’auront cependant pas dissuadé les acheteurs : la presque totalité des 70 « amis katsinam », issus d’une collection privée, estimée entre 600 000 et 800 000 euros, ont été dispersés aux enchères et par téléphone pour un total de 752 000 euros, soit un peu plus de 930 000 euros frais compris.

Joint par téléphone une heure après la fin de la vente, Me Néret-Minet a déclaré au Journal des Arts que la majorité des acquéreurs sont des collectionneurs privés français et américains. Des musées étrangers se sont également manifestés, mais le Quai Branly n’a pas enchéri : « une fois l’ordonnance rendue, ils ont eu peur », précise le commissaire-priseur.

La semaine a en effet était mouvementée : l’association Survival International, qui défend les peuples indigènes, a introduit une procédure en référé pour demander l’annulation de la vente. L’ambassadeur des États-Unis à Paris et Robert Redford se sont manifestés pour dénoncer ce que l’acteur américain qualifie de « sacrilège ». Mais la justice française a finalement décidé vendredi midi de maintenir la vente, au motif qu’il ne s’agissait pas d’ « objets incessibles » puisqu’« ils ne peuvent être assimilés à des corps humains ou des éléments du corps de personnes existant ou ayant existé ».

Le lot principal, le heaume Angwusnasomtaqa (« Mère corbeau » en hopi), orné de deux ailes de corbeau déployées, a été adjugé 160 000 euros, plus du triple de l’estimation haute. Les applaudissements qui ont salué cette enchère ont été immédiatement suivis de l’intervention d’une opposante américaine : « C’est une mère déesse », a-t-elle crié en anglais, tandis qu’un vigile l’entraînait vers l’extérieur, « ce n’est pas une marchandise ! ».

Dans une salle pleine et surchauffée, l’ambiance dans la salle 7 ce vendredi était électrique. N’en finissant plus de s’éponger le front, Me Néret-Minet a mis en garde les acheteurs américains : « ce sont des objets personnels, n’allez pas les montrer ailleurs, parce qu’aux Etats-Unis on vous les enlève ». Face à l’interdiction de prendre des photos, certains participants contestataires ont été évacués de la salle malgré leurs protestations. Un étudiant en lettres à Paris, membre de la tribu Hopi, qui a tenté de couvrir les voix des commissaires-priseurs et des enchérisseurs pour exprimer sa colère a également été prié de sortir de la salle.

A la fin de la vente, Me Néret-Minet a signalé que les masques seraient remis à leurs acquéreurs lundi 15 avril et non pas tout de suite, pour des raisons de sécurité.

Légende photo

Vue de l'entrée de la salle lors de la vente « Masques Katsinam » du 12 avril et organisée par la maison Neret-Minet Tessier & Sarrou à Drouot Richelieu - Photo Sarah Barry pour LeJournaldesArts.fr

Masque Heaume ANGWUSNASOMTAQA ou TUMAS CROW MOTHER (Colton 12) - Mère-Corbeau de la première mesa. HOPI, Arizona. Ca. 1880 - Estimation : 40 / 50 000 euros - Adjugé 160 000 euros

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque