Martine Martine, artiste et fille de …

Par Stefan Cornic · lejournaldesarts.fr

Le 2 mai 2013 - 584 mots

TROYES (CHAMPAGNE-ARDENNE) [02.05.13] – Le musée d’art moderne de Troyes expose l’œuvre de Martine Martine. Une rétrospective qui présente lavis, sculptures, céramiques et bijoux, au sein d’un musée dont la collection a largement été rassemblée par les parents de l’artiste.

Contrairement à ce que pourrait laisser imaginer son tempérament réservé, qui lui a fait choisir ce nom d’artiste discret, les peintures de Martine Martine sont des grands formats, au geste expressif. Un ami artiste, Gérard Koch, lui a dit un jour : « tu peins comme un sculpteur », alors Martine a consacré pareillement cette énergie à la sculpture. Mais l’artiste a également touché à la céramique et à l’orfèvrerie. Martine Martine s’empare de différents médiums, tant qu’ils lui permettent de s’exprimer et de décliner ses obsessions. Cet aspect « touche-à-tout » de l’artiste, à l’enfance culturellement privilégiée, trouve une certaine justification lorsque l’on visite la collection du musée.

Martine Martine est la fille de Pierre et Denise Lévy, grands collectionneurs troyens et fondateurs du Musée d’art moderne de Troyes, créé en 1982. Martine, enfant, a donc été entourée de nombreuses références artistiques et s’en est nourrie (parmi les artistes de la collection : Vuillard, Vlaminck, Dufy, Soutine…). Mais, comme le souligne le commissaire de l’exposition et directeur du Musée d’art moderne de Troyes, Olivier Le Bihan, « outre la familiarité d’une vaste collection de peintures, de sculptures et d’objets d’art », il y a les rencontres avec des amis de la famille comme André Derain, Dunoyer de Segonzac et surtout Maurice Marinot. Peintre et maître verrier troyen, Maurice Marinot a probablement donné à l’enfant le goût pour les arts décoratifs, exercés à la manière d’un artisan, en pièces uniques -comme les nombreux exemples de vases, flacons, ou verres de Marinot qui sont dispersés dans le musée-.

Par son père, Martine Martine a également été initiée au dessin, qu’il pratiquait régulièrement, notamment comme caricaturiste. La sensibilité artistique de sa mère, Denise Levy, s’exprimait quant à elle particulièrement dans l’art textile.

L’exposition s’ouvre précisément sur un aperçu de cet environnement familial, amical et artistique de Martine Martine, où figure, outre quelques réalisations de ses parents, un dessin de Maurice Marinot de 1946 représentant Martine, enfant, peignant sa mère dans un intérieur. Egalement exposé dans cette première salle, un autoportrait, intitulé Grande obsession, la montrant entourée de mains, des mains qui la hantent et qui annoncent le thème artistique majeur de Martine Martine qui aime dire : « je travaille par obsessions ». Ses sources d’inspiration ? Les mains, les chevaux, les sumos, et la figure de Balzac, s’enchaînent et rythment l’exposition séquencée par sujets de référence.

Des lavis aux formats imposants, une puissance inspirée par la thématique animale du cheval, des mains qui s’enlacent ou des corps massifs des sumotoris ; le geste expressif de l’artiste s’épanouit lorsque les figures s’amassent au centre de la composition. A l’instar de La Ronde, une sculpture en bronze -encore une fois déclinée, mais dont l’une se trouve à mi-parcours de l’exposition- où des corps se rassemblent pour s’unir.

La figure de Balzac, qui lui aurait été inspirée par le buste de l’écrivain réalisé par Rodin et qui occupait la demeure familiale, est représentée seule. Dans cette dernière salle, parmi les lavis, plâtres et bronzes représentant l’écrivain, la main trouve une nouvelle résonance. La main de l’écrivain fait ainsi écho à la main de l’artiste ou plutôt aux mains de l’artiste -peintre, sculpteur, céramiste, orfèvre-, multiples et créatrices, au service d’expressions appropriées et répétées.

Informations sur l'exposition

Expo Martine Martine

Légende photo

Musée d'art moderne de Troyes, sculpture Martine Martine - © Photo Stefan Cornic

Musée d'art moderne de Troyes, vue de l'exposition Martine Martine - © Photo Stefan Cornic

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque