Lundi 10 décembre 2018

Marseille-Provence 2013 aura une suite en 2018

lejournaldesarts.fr

Le 13 décembre 2016 - 493 mots

MARSEILLE (PACA) [13.12.16] – Trois ans après MP 2013, partenaires économiques et culturels provençaux se sont entendu pour organiser « MP 2018 », une manifestation transversale s’appuyant sur un réseau pluridisciplinaire dont le thème sera « Quel amour ! ».

Le journal La Provence a dévoilé le 12 décembre les grandes lignes de « MP 2018 », une manifestation prévue en 2018 comme une continuité à Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la Culture il y a 3 ans.

La manifestation est prévue pour durer 6 mois, à partir de février 2018. L’acte de naissance doit être signé le 20 janvier prochain, lors de l’assemblée constitutive de l’association « MPCulture », fixant les statuts, objectifs, calendriers et budgets. Treize opérateurs culturels du territoire sont membres du comité d’orientation artistique, soutenu par la Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Méditerranée, des mécènes et des acteurs du monde économique comme le Club Top 20, réunissant des entreprises de la région. Parmi les 13 institutions, le FRAC Paca, La Friche la Belle de Mai , le MuCEM, les théâtres de la Criée et du Merlan, les Rencontres de la photographie d’Arles ou encore le Festival d’Aix-en-Provence.

« C’est une dynamique territoriale qui se pérennise »
explique Alain Arnaudet, directeur de La Friche la Belle de Mai et parmi les instigateurs du projet, au Journal des Arts. « Elle est à l’initiative du monde économique qui considérait qu’il ne fallait pas abandonner le projet » d’une reprise de MP 2013, poursuit-il.

Après 2013, le calendrier politique rempli d’échéances électorales, entre municipales, régionales et constitution de la métropole marseillaise, a rendu le projet culturel presque inaudible. Un think tank dénommé Perle 2014 (« Pour ne pas En Rester Là En 2014 ») avait échoué à fédérer les acteurs du territoire. « Le monde économique a mis ce calendrier de coté pour porter avec nous l’après MP 2013. C’est, je crois, inédit en France » explique Pascal Neveux, directeur du FRAC Paca.

Le budget estimé est de 5,5 millions d’euros, financé pour moitié par le mécénat. En 2015, celui de Lille 3000 était de 8,5 millions. « On est sur un budget modeste, pour ne pas vampiriser les budgets culturels. Il ne faudrait pas déshabiller Pierre pour habiller Paul ! » confie Alain Arnaudet. Selon La Provence, le département des Bouches-du-Rhône et la région Paca se seraient prêts à participer, sous réserve de l’engagement des municipalités. Et MP 2018 compte sur le reliquat d’épargne de MP 2013 pour abonder son budget.

La nature des structures impliquées, très diverses, explique le choix d’un thème ouvert, très transversal, « Quel amour ! ». MP 2018 se veut collégial, il n’y aura pas de commissaire centralisant la programmation culturelle. « Les projets seront co-portés par les membres fondateurs, ils devront être fédérateurs sans oublier les petits opérateurs du territoire » souhaite Alain Arnaudet.

Avant la biennale d’art contemporain Manifesta en 2020, Marseille souhaite inscrire la culture comme levier économique et touristique sur le territoire.

Légende photo

Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013, ouverture du 12 janvier 2013 : illuminations à Notre-Dame de la Garde © Photo Denis HONNORAT - 2013 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque