Mercredi 19 février 2020

Marina Abramović poursuivi en justice par son ancien partenaire Ulay

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 13 novembre 2015 - 427 mots

AMSTERDAM (PAYS-BAS) [13.11.15] – Une action en justice a été lancée contre l'artiste de performance la plus connue du monde par son ancien partenaire Ulay, qui prétend qu'elle a violé un contrat sur leurs œuvres communes.

L’artiste performeuse Marina Abramovic est poursuivie en justice par son ancien compagnon et collaborateur, l'artiste allemand Frank Uwe Laysiepen, connu sous le nom d’Ulay, dans un différend sur des œuvres qu'ils ont créées conjointement, révèle The Guardian.

Marina Abramovic et Ulay ont collaboré pendant plus d'une décennie pour créer une série d'œuvres qui exploraient leur relation, avant leur séparation en 1988. En 1999, les deux artistes ont signé un contrat portant sur les œuvres réalisées ensemble, lequel aurait été violé par Marina Abramovic d’après les allégations d’Ulay. Ce dernier a lancé une action en justice et doit être entendu à Amsterdam à la fin du mois de novembre.

Ulay affirme que Marina Abramovic a demandé à des galeries de la faire figurer comme l'unique auteur de leurs travaux communs, contrairement aux termes du contrat, qu’elle n'a pas réussi à lui fournir des déclarations exactes de ventes, et qu’elle lui a seulement fait quatre versements au cours des seize dernières années. « Elle n’est pas seulement une ancienne partenaire d'affaires » a-t-il déclaré au Guardian. « L'ensemble de l'œuvre a fait l'histoire. C’est maintenant dans les livres scolaires. Mais elle a délibérément mal interprété les choses, ou a retiré mon nom. »

Après leur séparation, Ulay a également vendu ses archives à Marina Abramovic, qui s’est engagée à les maintenir et à superviser la production de matériaux vendables, sous la forme de vidéos, photographies et performances. Tous les profits devaient être répartis comme suit: 50 % à la galerie, 30 % à Marina Abramovic et 20 % à Ulay. Ce dernier affirme que son ancienne partenaire aurait réinterprété le contrat pour lui donner une part des redevances beaucoup plus petite. En outre, Ulay allègue que Marina Abramovic s’est opposée à la création de la Ulay Foundation, une organisation destinée à gérer ses biens à titre posthume.

De son côté, l'avocat de Marina Abramovic a déclaré que sa cliente est en « total désaccord » avec les allégations de son ancien partenaire. « Ma cliente ne veut pas les commenter, elles sont diffamatoires. Elle estime que cette poursuite est abusive et vise à nuire à sa réputation vis-à-vis du public […] Ma cliente est très confiante dans sa position devant le tribunal. Elle défendra ses droits et sa réputation par tous les moyens légaux ». L'affaire sera entendue au tribunal d'Amsterdam ce mois-ci.

Légende photo

Marina Abramović © Photo Tsui - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque